MA BIBLIOTHÈQUE BLEUE CHRONIQUE "ORIENT EXTRÊME" !

Publié le par Mireille Disdero

Orient extrême

orient-extreme-couverture« Une adolescente de l’âge de sa petite soeur, affalée dans la poussière, attendait les hommes contre le mur du temple déserté. La peau couleur cuivre, trop maigre et secouée de tics nerveux, elle ne portait presque rien sur elle en dehors de la misère. 
Dans cette sorte d’enfer.
Une enfant. »

Mireille Disdero a vécu quelques années en Thaïlande.
Dans sa découverte de l’Asie du Sud-Est, elle garde en souvenirs des sourires, des couleurs, des odeurs, comme nulle part ailleurs. Mais son recueil de nouvelles Orient extrême, n’est pas une carte postale idyllique … Non, bien au contraire.

Ces cinq nouvelles sont des tranches de vie au Vietnam, au Cambodge, en Indonésie et en Thaïlande. Des récits sans détours qui dressent le portrait d’enfants, d’adolescents, à l’innocence bafouée, à la confiance rabrouée.

« Chez nous, on est capable de hurler, de se battre, mais on a du mal à prononcer des paroles définitives. Celles qui tuent l’espoir, car la honte se camoufle derrière. »

Non sans pudeur et avec une douce sensibilité, c’est tout un pan social qui est montré du doigt. Pauvreté, esclavagisme, tourisme sexuel, Mireille Disdero éveille les consciences avec quelques mots ou de longues phrases, selon ce qu’elle désire faire passer comme message.

C’est une évidence que ce livre soit édité dans la collection Rester vivant des Éditions Le Muscadier dont l’ambition est de poser un regard incisif sur les comportements individuels et collectifs.
Quelque soit l’âge du lecteur (à partit de 13/14 ans), le recueil permettra de s’interroger sur l’autre face de ces pays qui semblent être des lieux paradisiaques.

Un recueil indispensable, juste et efficace.

Sabine Lauret, Ma Bibliothèque bleue

Résumé :
À travers cinq récits courts ou longs, on plonge en Asie du Sud-Est (Vietnam, Cambodge, Indonésie, Malaisie, Thaïlande) dans la vie de certains adolescents. Alors, on est confronté à la pauvreté, à la maltraitance des plus jeunes, mais aussi à l’engagement et à la nécessité de construire un monde plus juste.

Commenter cet article