Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

PABLO NERUDA

Publié le par Mireille Disdero

  Neruda en 1957, Isla Negra
par Sergio Larrain 

Neruda-in-1957-at-Isla-Negra-par-Sergio-Larrain-Magnum.jpg

 



Fusions



Après tout je t’aimerai
Comme si c’était toujours avant
Comme si à force d’attendre
Sans te voir sans que tu viennes
Tu étais éternellement
En train de respirer près de moi.


Près de moi avec tes habitudes
Avec ta couleur et ta guitare
Comme sont ensemble les pays
Dans les leçons de l’école
Et deux contrées se confondent
Et il y a un fleuve près d’un fleuve
Et deux volcans s’élèvent ensemble.


Près de toi c’est près de moi
Et loin de tout est ton absence
Et la lune est couleur d’argile
Dans la nuit du tremblement
Quand dans la terreur de la terre
S’assemblent les racines
Et l’on entend tinter le silence
Avec le son de l’épouvante.
La peur est aussi un chemin.
Et entre ses pierres effrayantes
La tendresse peut marcher
à quatre pieds et quatre lèvres.


Car sans s’éloigner du présent
Qui est une bague délicate
Nous touchons le sable d’hier
Et dans la mer l’amour évoque
Une fureur incessante.


Pablo Neruda (extrait de Le coeur jaune)

Traduction française par Ricard Ripoll i Villanueva 


Un article à lire sur le photographe chilien Sergio Larrain, ici :

Publié dans POETES, ECRIVAINS...

Partager cet article

Repost 0

COLLECTION BANDONEON : C'EST LA RENTREE !

Publié le par Mireille Disdero




Du côté des éditions Tapuscrits : publication pour la rentrée de trois recueils dans la collection Bandonéon  :

Hervé Grillot les présente sur son site Un Endroit :

  
La rentrée en Tapuscrit ! 

Trois ! Pas moins de trois nouvelles publications... Mireille Disdero, Hervé Grillot et Albert Horse... en force !

Mireille Disdero nous confie ses feuilles de jours... à effeuiller comme les marguerites... un peu, beaucoup, passionnément !

Hervé Grillot tourne autour du port... du port vers la Grande Ville au Grand Port... mais où donc ?

Albert Horse en force... nous écrit de là-bas ! Où là-bas ?... approchez, du murmure au cri, vous en aurez plein les sentiments !


La rentrée en Tapuscrit ! 

Bonne ou plutôt belle lecture à vous qui passez ici...

Partager cet article

Repost 0

LE MONDE : LE GRAFFITI SAUTE DU MUR AU MUSEE

Publié le par Mireille Disdero

cheveux-indigo.jpg
Photo H. Grillot


J'ai lu, hier, un article dans le Monde qui m'a donné envie d'en parler. Le graffiti saute du mur au musée. Au départ et avant toute réflexion, cette info. me donne l'impression troublante d'un paradoxe : comment enfermer l'art des rues, l'urbain, l'"interdit" en couleurs dans un musée ? Comme diraient certains, faut voir ! Mais un musée peut parfois devenir un mouroir pour l'art, une gentille prison qui ne se présente pas comme telle, bien sûr... Alors, faut voir ou pas ? L'art des rues, tags, graffitis et nuages de couleurs... au musée ? Si vous avez une réponse... je vous écoute très attentivement. La mienne se précise...

Le graffiti saute du mur au musée
LE MONDE | 29.08.07 | 16h38

ls sont les auteurs de l'oeuvre collective la plus saisissante que l'on ait vue depuis longtemps. Reach - un pseudonyme - est taïwanais. Nunca est né en 1983 à Sao Paulo, au Brésil. David Ellis vit à Brooklyn, quartier de New York. Alëxone est parisien. Zonenkinder Collective réunit deux jeunes Allemands. Ismaeil Bahrani a étudié à l'université de Téhéran. 

Invités, en compagnie de quelques autres, par Hervé Di Rosa dans son Musée international des arts modestes (MIAM) de Sète, ils ont entièrement repeint le lieu. Sur le grand mur, 30 mètres de long, presque 10 de haut, ils ont fait apparaître des entrelacs de tentacules et de serpents, des têtes animales ou monstrueuses, des figures schématiques, des rythmes colorés. Les styles se conjuguent, les formes s'interpénètrent et le fond noir accroît l'éclat de l'oeuvre monumentale. Il en est ainsi dans tous les coins du bâtiment : jusqu'à un canapé et au réfrigérateur, tout a été envahi de graphismes et de nuages de couleurs.

Rien que de normal là-dedans : les auteurs sont des spécialistes de la bombe. Et non du pinceau. Selon les lieux - et les jugements sous-entendus dans les mots - on les appelle graffitistes, street artists, tagueurs. Le mouvement est apparu au début des années 1970 aux Etats-Unis. Reach et Ellis appartiennent à la deuxième ou troisième génération, celle de la mondialisation du phénomène, qui s'étend désormais partout où il y a des villes, donc des murs, donc des surfaces à peindre (...).


Accédez à l'intégralité de cet article sur Lemonde.fr
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3246,36-948845,0.html


Publié dans ARTICLES

Partager cet article

Repost 0

MAG SISTOEURS, LA RENTREE

Publié le par Mireille Disdero



Des nouvelles du mag Sistoeurs, ça vous dit ? 




MERCREDI 29 AOÛT 2007

Faut-il croire les mimes sur parole ?
Nouvelles de Céline Robinet
par Séverine Capeille

N'allez surtout pas chercher de réponse à la question que pose Céline Robinet dans le titre de son recueil de nouvelles. Il n'y en a pas. N'allez pas croire non plus que ce livre va vous exposer une histoire du mime. Ce n'est pas le cas. Autant être prévenu : l'auteure va vous surprendre de la première à la dernière page.
De titres énigmatiques énoncés comme des faits incontestables (« Le vent, même léger, fait circuler les nuages. La pelouse, elle, reste » ; « Le bois ne peut regarder la (...)

Lire la suite






MERCREDI 29 AOÛT

La belle, la bête, la cause et les fées...
par Le Collectif Sistoeurs

Il était une fois, au royaume de France, un valeureux et téméraire jeune homme, pétri de courage qui répondait au nom de Pascal Payet. Il avait réussi l'exploit le 14 Juillet, jour de fête nationale, de s'extraire du ventre de l'hydre pénitentiaire un monstre à plusieurs têtes qui l'avait avalé quelques années plus tôt, à l'issue d'un sabbat judico sécuritaire.
Depuis des années, il pourrissait, comme de nombreux autres prisonniers, dans les méandres de l'intestin de la bête, dans la partie (...)


Un texte de Catherine

Lire la suite

MERCREDI 29 AOÛT
Ma petite Marie...
par Mireille Disdero



En sortant, presque maussades mais les pensées enveloppées dans le clair-obscur du film, nous glissons devant le bar où travaille Christian. La nuit est froide. Fin novembre, le mois noir même ici, en Provence. Hans me demande si je veux consommer quelque chose pour nous réchauffer. Il a un imperceptible sourire qui rêve. Je n'ai pas la force de dire non ni celle de hurler oui. La chaleur confinée m'attire. On pénètre dans la salle moite et aussitôt, un garçon que je ne connais pas vient (...)

Lire la suite





Sur Sistoeurs, http://www.sistoeurs.net/ss/

Partager cet article

Repost 0

LES ARTS VISUELS

Publié le par Mireille Disdero


Information de
Eric Leon
Articité [ Les Arts Visuels ]
http://www.articite.com

lettre n° 39 
du 28 Août 2007
à lire ici :

http://www.articite.com/newsletter.html




Nouveaux artistes inscrits au répertoire de ARTICITE [Les Arts Visuels ] :
 


> Régis Rigaux > Sarpedon    > Bernard Aguila  
> Eric Brandy > Laurence Soignon > Michel Lebreton    
> Nathalie Taillefumier > Yvan Mas   > Patrick Bergougnoux  
> Dominique Lefèvre > Gérald Hach  > Jean-François Dupuis  

Partager cet article

Repost 0

ROUTE DU SUD, ETE

Publié le par Mireille Disdero



Route du sud, été 

 

1

Au milieu de l'après-midi
une lumière bleue vacille
sur les crêtes silencieuses.


2

Où est parti le vent ? -
L'aube se lève doucement
sur les collines.

Kenneth White, Un monde ouvert (Poésie Gallimard)


Publié dans PAROLES, CITATIONS

Partager cet article

Repost 0

MOTS DE SABLE

Publié le par Mireille Disdero

 

 

Un battement d'ailes traverse la nuit à l'intérieur de moi.





cars.jpg


 

Partager cet article

Repost 0

CIVILISATION HUMAINE ?

Publié le par Mireille Disdero




Surprise du côté de la civilisation humaine ? Non, discours et conflits des générations traversent les siècles sans prendre de rides. C'est même étrange la façon dont les paroles se répètent au fur et à mesure des siècles. Chez Socrate, Hésiode, les prêtres égyptiens de l'Antiquité... et les "penseurs" d'aujourd'hui, même refrain-combat face à la jeunesse !
Pourquoi ? Les "anciens", ayant été jeunes avant, on s'en doute, pourraient tenter de se souvenir et de... Comprendre qu'une civilisation éprouve quelques difficultés à évoluer si les hommes, entre eux, ne parviennent pas à s'accepter dans les différentes étapes de la vie. 

Barjavel a écrit chacun suit son chemin qui n'est semblable à aucun autre, mais en lisant les mots qui suivent, on se demande...

Humains... trop humains ?




" Notre jeunesse est mal élevée. Elle se moque de l'autorité et n'a aucune espèce de respect pour les anciens. Nos enfants d'aujourd'hui ne se lèvent pas quand un vieillard entre dans  une pièce. Ils répondent a leurs parents et bavardent au lieu de travailler. Ils sont tout simplement mauvais."  Socrate ( 470-399 avant J.C.)  
 
"Je n'ai plus aucun espoir pour l'avenir de notre pays, si la jeunesse d'aujourd'hui prend le commandement demain, parceque cette jeunesse est insupportable, sans retenue, simplement terrible"  Hésiode (720 avant J.C.)  
 
" Notre monde a atteint un stade critique. Les enfants n'écoutent plus leurs parents. La fin du monde ne peut pas être loin"  Citation d'un prêtre égyptien ( 2000 avant J.C.)  
 
"Cette jeunesse est pourrie depuis le fond du coeur. Les jeunes gens sont malfaisants et paresseux. Ils ne seront jamais comme la jeunesse d'autrefois. Ceux d'aujourd'hui seront incapables de maintenir notre culture"  écrit sur une  poterie d'argile, dans les ruines de Babylone, voilà 3000 ans.
  



visage-sur-bidon-et-flash-de-couleurs.jpg

Photo H. G.

Publié dans ARTICLES

Partager cet article

Repost 0

TRAVERSEE - FRANCE WEBER

Publié le par Mireille Disdero



J'ai traversé des rives

Sans faillir

Je vais toujours

Au-delà de mes rêves

Mon espace mouvant

S'ouvre sur l'infini.

Plusieurs êtres m'habitent

Et j'ai les yeux

De différents visages

Et j'ai un pied

Nu

Pour poursuivre

Et j'ai des lèvres bleues

Pour loger ma tristesse

Chaque fois que je doute

Du chemin à venir.

 

France Weber, in Premier indicible, L'Harmattan 2003



Parmi les recueils de poésie que je préfère, il y a le Premier indicible de France Weber ci-dessus citée.  


visage-des-couleurs.jpg

Photo H. G.

Publié dans PAROLES, CITATIONS

Partager cet article

Repost 0

CHAR ET GUILLEVIC

Publié le par Mireille Disdero




Appel à contribution


La revue Otago French Notes lance un appel à contribution pour son premier numéro à paraître en novembre 2007, numéro dédié à René Char et Eugène Guillevic. Si vos domaines de recherche littéraire ont visé ou visent les différentes dimensions de l'oeuvre poétique de ces deux représentants de la poésie française, vous êtes invité(e)s à contribuer avec des articles critiques qui s'inscrivent sur l'orbite de cette thématique du premier numéro.

La revue Otago French Notes accepte des articles en français ou en anglais.

Détails et article complet sur Fabula :

 

Fabula, la recherche en littérature

http://www.fabula.org/actualites/article18285.php

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>