Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'ARABIE DES PARFUMS

Publié le par Mireille Disdero

   
L’Arabie des Parfums
Typologie et Rappels historiques
par BOUHLAL Siham
 

Toutes les grandes civilisations ont réservé au parfum une place de choix, mais qui des Chinois, Arabes, Hindous ou Égyptiens furent les premiers à mélanger et formuler les parfums ? Seule certitude, ce lien intime et immémorial de l’Arabie avec le parfum…

 

De l’Arabie Heureuse, objet de rêve et de convoitise chez les Anciens, le savant grec Agatharchide d’Alexandrie disait : « une senteur règne sur toute la côte, qui procure aux arrivants un plaisir divin et ineffable »… Or Âd, ancêtre des Arabes, n’avait-il pas enduit, de musc et d’ambre, les murs d’or et d’argent de la mythique Iram dont il voulait faire un paradis terrestre ?

C’est dans l’Enquête que Hérodote, le premier, décrivit les parfums d’Arabie et le mystère entourant leur récolte. Arabie, terre d’encens et de myrrhe, de cinname et de ledanon...


Pour lire la suite de cet article :

http://artslivres.com/

&

Alambic - élixir - alchimie - alcool - amiral - hasard - douane - jupe - carafe - gazelle - épinard - cafard - coton - lapis-lazuli - magasin - orange - nénuphar - café - guitare - sucre - sofa - tasse - toubib - jasmin - girafe...

Ces mots prennent leurs racines dans la langue arabe. Il en existe d'autres. En connaissez-vous ?


Publié dans ARTICLES

Partager cet article

Repost 0

TEXTE VEUT DIRE TISSU

Publié le par Mireille Disdero

undefined




















D'autres textes à lire, ici, sur le très beau site Sistoeurs :

Underground

Le même, sur le non moins impressionnant Rollerpen (lookez les tags) :

Underground


Et sur Fulgures.com :


Atmosphérique Underground



Partager cet article

Repost 0

L'ENVOL

Publié le par Mireille Disdero




Egalement
me faudrait-il encore
(...)
Blanc de zinc
Emeraude
Cobalt
Outremer
Vermillon
Vert Véronèse
Chrome I
Laque géranium
...
Van Gogh 1889




Lumière froide et saccadée du Zahro
Cerbère à l’entrée, ses crocs et baisers à trois gueules
Tu sens pousser la foule dans tes ailes, autour de ton fourreau
L’illumination n’est pas de ce monde, en somme
Ce que tu sais de l’univers s’engouffre dans ton vertigo
Pourtant, au dernier cri dans ta gorge et sur ta peau, quelqu’un songe

Si ta cigarette, copine, fume et consume l’aube avec toi
Tu prends le premier vol pour lui là-bas.

Mireille D.




undefined

Partager cet article

Repost 0

BLUES BROTHERS

Publié le par Mireille Disdero

Partager cet article

Repost 0

BD FESTIVAL 2008 AIX-EN-PROVENCE

Publié le par Mireille Disdero




Le festival de bande dessinée d'Aix en Provence aura lieu du 19 mars au 26 avril 2008, avec la présence de nombreux auteurs, des expositions, animations.

Les rencontres dédicaces prendront place les 4, 5, et 6 avril 2008.

 

Fidèle à son habitude, le Festival investira plusieurs lieux de la ville dont le musée Granet, avec des expositions, des ateliers, du cinéma, de la danse et comme autres temps forts les Journées Rencontres-Dédicaces le 4 avril de 14h à 19h, le 5 de 10h à 19h et le 6 de 10h à 18h à la Cité du Livre.


Un exemple d'exposition ?


Exposition Matière Nippone

19 mars au 13 avril 2008
Tous les jours de 14h30 à 18h30
Galerie – Office du Tourisme

En savoir plus...

 

Partager cet article

Repost 0

NOIR DEHORS

Publié le par Mireille Disdero

Lecture prochaine

Le temps glisse, passe, les écrivains continuent à écrire alors même que les médias sont peu bavards ou font silence... Ce livre, "Noir dehors" (Grasset 2006), je ne l'ai pas encore lu mais je vais le faire. C'est pour cela que j'en parle.

En 1997, j'ai lu un roman de Valérie Tong Cuong, Big, dont on n'a pas beaucoup parlé en littérature land. Ce roman m'a plu. Je m'en souviens encore comme si je venais de refermer les pages. Là, maintenant. Court, rapide... moderne. Je ne l'ai conseillé à personne, pourtant...

L'auteur ?
Valérie Tong-Cuong, mène une double carrière d’écrivain et de chanteuse, au sein du groupe Quark. Romancière, elle a publié entre autres Où je suis (2001).
Site Internet : www.lesiconoclastes.com

 

Couverture du livre Noir dehors
 

 


Une nuit étouffante d'août à New York : soudain l'obscurité. L'électricité coupée par une panne complète dont on ne sait rien, la ville qui ne dort jamais devient un dortoir sauvage dans la pagaille. C'est une nuit hors du temps où deux hommes et une femme vont lier leurs différences, sortir d'eux-mêmes, quitte à risquer, à jouer, perdre ou gagner leurs vies. Ce sont des solitudes extrêmes qui vont s'entrechoquer. Il y a d'abord Naomi, la si jolie «pute à crack» enfermée dans un bar clandestin, chancelante et affamée de curiosité, sur laquelle veille jalousement l'énigmatique Bijou. Il y a Simon Schwartz, l'avocat médiatique, claudiquant du 36ème étage de sa tour abandonnée jusqu'au bas de la ville, monarque sans couronne, salaud qui cherche sa rédemption, et la trouvera dans les bras d'une femme qu'il n'a jamais possédée, et qui lui échappe toujours. Il y a Canal l'érudit en arts martiaux, Canal ainsi baptisé depuis qu'on l'a trouvé nourrisson abandonné sur le trottoir de Canal Street à Chinatown, et que l'incendie du magasin où il travaillait sans relâche, a de nouveau jeté à la rue... En monologues nerveux, en glissements progressifs vers la folie ou la rédemption, en aperçus de leurs âmes agitées, nos personnages vont s'ouvrir à la liberté dans la nuit new yorkaise, hors de leurs limites, et se réveiller différents. Valérie Tong Cuong a superbement réussi ce roman choral, «short cuts» d'une visite dans les ténèbres.


  • La revue de presse Aurélie Jacques - Le Point du 9 mars 2006

... c'est grâce à l'obscurité que Valérie Tong Cuong «révèle» les personnages de son cinquième roman. On est à New York, le 14 août 2003, quand une gigantesque panne d'électricité paralyse la ville... Les rues sont noires de gens affolés, incapables de rentrer chez eux autrement qu'à pied.

Parmi eux, Naomi, prostituée accro au crack, parvenue à s'échapper d'un bar de Brooklyn dans lequel son proxénète la tenait prisonnière... Valérie Tong Cuong rappelle sans cesse l'unicité de chaque histoire. L'ultime ne manquera pas de surprendre.

Publié dans ARTICLES

Partager cet article

Repost 0

LA FEMME DU CAFETIER

Publié le par Mireille Disdero

J'ai oublié de vous donner des nouvelles du dernier concours organisé sur Un Endroit...
Le 14 février dernier :

Un Endroit... "La femme du cafetier" à l'honneur !

Court, fort... et bien serré ! :

Le Prix Bon Court 2008 est belge, son pseudo est Lenoir et il nous présente son texte "La femme du cafetier" !

Elodie Le Bail (Le ventre plat) et Nicole Delvallée (Un goût d'huîtres) rejoignent notre lauréat sur le podium...


L'auteur raconte - dans un commentaire - comment son texte est arrivé jusqu'à nous.


"Petite parenthèse pour Papi: J'ai écris ce texte le 24 décembre, dans un pub de Charleroi, le dernier rade ouvert le soir du réveillon. Ma femme était outre-mer, et j'avais envie de me coller aux vrais gens tristes, à ceux qui joues les crabes le long du bar, à l'heure où les autres s'agglutinent comme des essaims pour se tenir chaud. Il ne neigeait pas, ça fait un baille qui ne neige plus sur Charleroi. Il n'y avait que des hommes seuls, des vieux en majorité, des gueules cassées, des sans-famille. J'avais envie d'en faire une photographie écrite. Personne ne parlait, tout le monde semblait attendre quelque chose. Sans doute que cette nuit maudite se termine. Je crois que ce soir là, on était loin du neuneu ou du cul-cul la praline, on peut même dire qu'on était loin de tout. Ca n'avait rien de tragique, au contraire, il y avait cette humanité bourdonnante que chacun retenait en silence, cette envie de s'ennivrer, de se serrer, de s'asseoir sous l'arbre. Mais cette année là, c'était pas pour nous. Alors, je l'ai peut-être mal dessiné, tu n'as pas tort. Un prix n'a jamais fait un bon texte. Cela dit, je pense que certaines situations doivent être racontées, des situations entre autre comme celles-là. Puis, vous savez, c'est juste une tranche de vie, ça n'a pas davantage d'ambition. Et quant il s'agit de polaroïde, on ne cherche pas à tout prix le "bon texte" la "bonne chute", mais on essaie d'être vrai. Et sincèrement, la fin de mon texte, c'est ce que je leur espérais à tous, mais j'ignore comme ça s'est terminé. J'ai vidé mon verre, et je suis allé voir mon paternel."
Lenoir

La totalité des commentaires sont sur Un Endroit... Allez voir !


Partager cet article

Repost 0

POLAR POLAIRE (TAG)

Publié le par Mireille Disdero


Du côté du polar suédois, j'apprécie tout particulièrement la trilogie Millenium. Alors si vous êtes comme moi, écoutez bien. Je viens de lire cette info. dans un Expresso de Télérama...

Les trois romans policiers du Suédois Stieg Larsson, la trilogie "Millenium", sont en cours d’adaptation audiovisuelle. Seul le premier tome devrait passer au cinéma. Les deux suivants sont prévus pour une diffusion télévisée. Un coffret DVD réunira les trois œuvres. (tag Télérama)


Partager cet article

Repost 0

UN MARRONNIER SOUS LES ETOILES

Publié le par Mireille Disdero


Je travaille sur un comité de lecture en littérature jeunesse, "La Marmite à lire". Ce mois-ci, parmi tous les livres que je vais lire et commenter, j'ai ce titre de Thierry Lenain "Un Marronnier sous les étoiles". Je vous transmets dans sa totalité l'article de l'auteur :



Un document du site CôtéProfs, proposant des pistes de travail à partir d'Il faudra, remarque que cet album met en scène une vision de la vie déjà exposée dans un de mes livres, publié 17 ans plus tôt : Le Marronnier sous les étoiles.

Ce repérage temporel m'a rappelé le propos d'un auteur jeunesse tout frais tout neuf qui disait à mézigues-l'has-been : «Je pense que nous rentrons dans une nouvelle phase où des gens, dont je me sens, vont écrire pour la jeunesse sans cet engagement qui est au coeur de la littérature jeunesse depuis une vingtaine d'année. Il y a une autre voie à creuser... Je trouve intéressant de voir ce que ça peut donner, cette voie.»

Je ne sais pas ce qu'est cette nouvelle voie, mais en tout cas, c'est pas la lactée, vu que celle-là, je l'ai déjà empruntée en 1989 pour écrire Un marronnier sous les étoiles. Du coup, des enfants ont eu le temps de grandir avec. M.-la-libraire m'a raconté qu'ado elle l'a recopié mot pour mot, lettre pour lettre, recommençant à la moindre faute. Et puis je l'ai trouvé là, sur le myspace d'Emma dans la liste de ses livres préférés…

… comme je l'avais déjà trouvé là, réécrit à sa manière sur son Skyblog par Malicia.

Ça fait bizarre, ça fait plaisir... C'est l'avantage d'être un vieil auteur...

Pour la petite histoire :

Un Marronnier sous les étoiles, avant d'être ce texte que Syros continue pour mon bonheur d'éditer, ce fut une lettre. Celle que j'ai rédigée après avoir été viré de la maternité. L'heure des visites était terminée. «Je ne suis pas une visite, avais-je rétorqué à l'infirmière, je suis le père.» Ça ne lui avait pas fait grand effet. Alors je suis rentré et j'ai écrit pour dire ce que mon enfant venait de m'apprendre avec l'intensité de son premier regard, au moment même où elle sortait du corps de sa mère. Elle m'avait dit : vois, je viens des étoiles. Et je l'ai crue. Ce fut la fin de mon matérialisme, pourtant aussi prondément enraciné dans mes convictions qu'un marronnier dans la terre.

A bientôt, pour une autre réédition à laquelle je tiens beaucoup.

Thierry

http://thierrylenain.hautetfort.com


Publié dans NOTES DE LECTURE

Partager cet article

Repost 0

I LIVE BY THE OCEAN

Publié le par Mireille Disdero





I live by the ocean
And during the night
I dive into it
Down to the bottom
Underneath all currents
And drop my anchor

This is where I'm staying
This is my home


Björk, Gudmundsdottir


undefinedhttp://idata.over-blog.com/0/38/22/10//madame-chow-gabriel-schmitz-artiste.jpg












Madame Chow, Gabriel Schmitz


Publié dans PAROLES, CITATIONS

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>