Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

HEART OF SNOW - LUDOVIC KASPAR

Publié le par Mireille Disdero








Heart of Snow




la neige tombe
des traces de pneus
on voit bien que c'est la lune
qu'a dérapé

sur mon coeur-tombe

mais a coulé
dans mon sang blanc
un flocon de lune
que je t'offre
comme le souvenir
d'une chanson
évaporée dans le soleil

L. K.

*

Extrait de Grand écart


faire le grand écart dans la cité du vide
c'est impossible
il n'y a plus de mouvement
dans le vide
le seul grand écart qui se rapporte au vide
est d'y sauter
on prend un risque, c'est sûr
celui de ne pas en sortir
de transformer sa petite machine humaine
en moteur invisible
faut-il être salement acculé
pour le faire
d'ailleurs plonge-t-on pleinement conscient
ou y est-on trempé de force
dans le grand bain du vide
voilà, c'est ça
la force des choses
vous y noie
et vous n'y pouvez rien
sauf à compter sur vos réserves
pour une magistrale apnée
au fond de ce vous avez
dans le ventre.

Ludo Kaspar


Au début du mois de novembre 2008, l'ami Ludo a suivi le vent sans retour... Depuis longtemps il nous manque, mais le monde est trop petit pour la vie qu'il voulait. Tous ensemble, nous avons été impuissants à lui montrer... ce qui lui a manqué - à lui - et qui fait que nous continuons la vie.
























Son site, ici !

  029 Mes fleurs de chien, Ludo Kasparhot!
(bandonéon n°29) de Ludo, toujours téléchargeables sur le site un endroit. fr

Publié dans POETES, ECRIVAINS...

Partager cet article

Repost 0

COLLECTION BANDONEON

Publié le par Mireille Disdero


Ça se passe sur Un Endroit...


Mireille Disdero et Claude Cordier s'affichent, les deux avec leur propre style :


"Au coeur des hommes", Collection Bandonéon nº 113



Extrait :


Aujourd’hui est un jour chocolat

Vrai

Noir

Tatoué du désir incompressible de cette voix tout près

Contre l’oreille à me parler de l’intérieur

Alors je veux

Ce chocolat fort pour saturer l’instant

Pour la route aussi

A la santé de la douceur qui manque à tout chocolat



Mireille Disdero

113 Coll Bandoneon Le coeur des hommes, Mireille Disderonew!


Claude Cordier et son "Titicaca (qui faire rire les petits à l'âge anal)" qui se lance dans de nouvelles aventures au Pérou... Collection Bandonéon nº 114


Extrait :

Il est un fait avéré et terrible plus l’on voyage, plus l’on admire de lever ou de coucher de soleil, moins on les trouve exceptionnels. On compare, on chipote, comme moi en Islande devant le plus grand geyser, « Ah oui, l’est pas mal mais pas aussi haut que le Greatsproutch de Yellowstone ! » on agace les néophytes. On se fait des ennemis, on ne vous invite plus, on finit par voyager seuls et c’est bien.

Claude Cordier

- 114 Coll Bandoneon Titicaca, Claude Cordier

Bonne lecture !



Partager cet article

Repost 0

LE CARRE DES ECRIVAINS

Publié le par Mireille Disdero



Samedi quinze novembre à partir de quatorze heures, je serai présente au Carré des Ecrivains au Centre Bourse à Marseille, pour dédicacer mon roman noir très noir mais pas vraiment polar Un Ogre dans la ville (L’Harmattan 2006).
Le récit se déroule à Marseille. Les auteurs invités ont d’ailleurs tous écrit sur la cité phocéenne (c’est la thématique).

Message aux Marseillais et aux gens du sud : n’hésitez pas à venir me voir samedi.

Et pour ceux qui habitent loin, vous pouvez trouver Un Ogre dans la ville chez l’Harmattan (version papier mais version e-book aussi, ce qui est vraiment bien link).
Ou encore, là où vous achetez vos livres, la plupart du temps (sur Amazon.fr link)

A bientôt et bonne lecture !

Mireille D.



Partager cet article

Repost 0

ASSOCIATION LES FEMMES ET LA VILLE

Publié le par Mireille Disdero



L’Association les Femmes et la Ville, dans le cadre de ses études sur les Marseillaises et le travail, présente
une journée de rencontres et d’échanges sur le thème :

« Les Marseillaises et le travail. Salariat et travail indépendant, XIXème-XXème siècles »

Le  jeudi 20 novembre 2008 à l’Alcazar (BMVR) de 9 h à 17 h 30


9h-12h - Les femmes sur le marché du travail

Présidente de séance : Geneviève Dermenjian - Introduction : Linda Guerry

Nathalie Ostroot, La place des femmes sur le marché du travail. Aix-en-Provence au XIXème siècle

Éliane Richard, La place des femmes sur le marché du travail. Marseille au XIXème siècle

Linda Guerry, La main-d'œuvre étrangère féminine sur le marché du travail marseillais dans l’entre-deux-guerres

Renée Dray-Bensousan, Le travail des femmes en temps de guerre, Marseille 1939-1945

Débat

14h30-17h30 - Le travail des femmes

Président de séance : Paul Allard

Yvonne Knibiehler, Regard sur quelques témoignages féminins d’employées à la SEITA (Marseille)

Geneviève Dermenjian, Le travail des jeunes filles à l’usine à Marseille dans les années 1940

Arlette Tollinchi, Le travail d’exécution des femmes dans l’aviation. Marseille Marignane, première moitié du XXème siècle

Jacqueline Duchêne, Le travail des femmes dans la région marseillaise à travers les romans de Thyde Monnier

Débat

Conclusion : Hélène Échinard

Partager cet article

Repost 0

ALGERIE

Publié le par Mireille Disdero




C’est à Beni-Saf, Ghar-el-Baroud
Les couleurs sont mangées par la lumière
La terre est sèche et pauvre comme un regard de mourant…




On dit que les figuiers de barbarie
forment une haie de protection autour de la maison
D’ici je la distingue à peine, ses murs délabrés, son toit bas et plat
Le linge devant qui danse sur un fil.

C’est une femme forte aux cheveux noués dans un chèche
longue robe et sandales usées
De toutes ses mains, elle porte les seaux d’eau à la maison

Son ombre solaire déborde de la page et vient toucher ma main.


Mireille D.


Photo Y. Jeanmougin, In "Algériens, frères de sang"

Partager cet article

Repost 0

MAURITANIE

Publié le par Mireille Disdero



Atar. Chinguetti.
Table des lois et de bois brut où se sont endormis les rêves



Sur le fil du jour une épaule pâlit, la lumière, l’eau forte
Interdites ou écrasées sous les roues des pistes d’Occident
Là où s’égarent la beauté du monde, l’amour.

Chinguetti. Souvenirs stridents des cheveux rouges
collés au tissu de la nuit sans réverbère
Et la quête des livres, pour le sens caché du monde et de ses lois.

Atar. Mouches cantharides sur les souvenirs à l’étal, bourdonnement incessant
Et la voix du sable, tous les yeux noirs du monde réunis au fond des miens.

Mireille D.


Partager cet article

Repost 0

KENYA

Publié le par Mireille Disdero



Partager cet article

Repost 0

ESPRITS DE JUNGLE

Publié le par Mireille Disdero



Les encriers des grandes villes
Déversent de l’encre sans hâte

Federico Garcia Lorca, Complaintes gitanes



Organza des tissus de mots
Ajustés aux corps pour vêtir ce qui est
Riz des rizières et inondation du fleuve d’orpiment
qui nourrit avant qu’on ne le boive
Consommé chaud aux yeux doux de graisses
qui absorbent la soif avant qu’on ne l’avale
Puis un simple mouvement des mains sur le volant
et c’est la ruelle d’un lit de torrent
Ailleurs, au pays des chatières naturelles et rondes
Avec à bord de soi une migraine plantée dans le front
Comme un pieu au cœur du Nosferat
Une migraine qui se meurt en début de nuit
Quand les bras comme des lianes rejettent le sommeil
Abolissant les rites anciens des peuplades du souvenir
Ailleurs, quand les corps et l’esprit comme des lianes.


Mireille D.



Partager cet article

Repost 0

LES YEUX CHOCOLAT CHAUD

Publié le par Mireille Disdero



Dernière lagune

Sous les eaux
Se trouvent les mots


Federico Garcia Lorca, Complaintes gitanes





Aujourd’hui est un jour chocolat
Pluie
Bourrasques
Branches affolées contre les vitres
Feuilles orange collées aux semelles de cuir

Aujourd’hui est un jour chocolat
Vrai
Noir
Tatoué du désir incompressible de cette voix tout près
Contre l’oreille à me parler de l’intérieur
Alors je veux
Ce chocolat fort pour saturer l’instant
Pour la route aussi
A la santé de la douceur qui manque à tout chocolat

Après un carré « rituel plaisir » couplé à l’expresso
Il faut rentrer seule à travers la tempête
Et son tango avec les frênes d’eau
Les oliviers chargés de duende, de fruits pour le moulin.
Derrière le mur de lianes vertes et grenat
Des enfants sous un préau répètent pour la fête de demain
Nuit de Samain
Alors je veux
De mes yeux couleur chocolat chaud
boire cette voix
réchauffer le dedans du dehors.

Mireille D.



Partager cet article

Repost 0