Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

OCEAN

Publié le par Mireille Disdero

 

Partager cet article

Repost 0

CONCOURS JEUNE ILLUSTRATION

Publié le par Mireille Disdero

 

Prix régional en PACA

Le concours Jeune illustration 2012 est ouvert jusqu'au 11 avril !

La 6ème édition du concours s'adresse aux jeunes ou futurs professionnels : dessinateurs, illustrateurs... "artistes du livre",
âgés de moins de 28 ans et ayant un lien avec la région PACA (scolarité, résidence…).  
> annonce des lauréats au début mai sur le site.
La remise des prix aura lieu le 15 septembre 2012 à la BDP 13, lors des Journées du Patrimoine. 
   Les deux lauréats reçoivent une dotation, participent à une exposition collective et à un projet éditorial.

le concours préfigure les Rencontres de l’illustration des 10,11 et 12 mai 2012 -  les éditeurs Suisses à l’honneur.

Comment participer ?
Infos, règlement et bulletin, disponibles à cette adresse
http://surlaplace.free.fr/evenement.html

Merci à  vous de relayer  et diffuser cette information !

Partager cet article

Repost 0

MAIS VIEILLIR... OH

Publié le par Mireille Disdero

 

Découvert sur Sistoeurs

 


 

      Sur Sistoeurs

Partager cet article

Repost 0

MALOUMA - MAURITANIE

Publié le par Mireille Disdero

 

Journée Internationale de la Femme 


Partager cet article

Repost 0

ENFANCES, LES CHERCHEUSES DE POUX

Publié le par Mireille Disdero

 

 

Les chercheuses de poux

Quand le front de l'enfant, plein de rouges tourmentes,
Implore l'essaim blanc des rêves indistincts,
Il vient près de son lit deux grandes soeurs charmantes
Avec de frêles doigts aux ongles argentins.

Elles assoient l'enfant auprès d'une croisée
Grande ouverte où l'air bleu baigne un fouillis de fleurs,
Et dans ses lourds cheveux où tombe la rosée
Promènent leurs doigts fins, terribles et charmeurs.

Il écoute chanter leurs haleines craintives
Qui fleurent de longs miels végétaux et rosés
Et qu'interrompt parfois un sifflement, salives
Reprises sur la lèvre ou désirs de baisers.

Il entend leurs cils noirs battant sous les silences
Parfumés ; et leurs doigts électriques et doux
Font crépiter parmi ses grises indolences
Sous leurs ongles royaux la mort des petits poux.

Voilà que monte en lui le vin de la Paresse,
Soupirs d'harmonica qui pourrait délirer ;
L'enfant se sent, selon la lenteur des caresses,
Sourdre et mourir sans cesse un désir de pleurer.


Arthur Rimbaud (1854-1891)

   
     

Publié dans POETES, ECRIVAINS...

Partager cet article

Repost 0

PRIX DE POESIE LIRE ET FAIRE LIRE

Publié le par Mireille Disdero

 

Le 10e Prix poésie des lecteurs Lire et faire lire
attribué à Gianni Rodari, pour De la terre et du ciel, Rue du monde
REMISE DU PRIX 15 MARS - SALON DU LIVRE

Lire et Faire Lire, programme de développement du plaisir de la lecture et de la solidarté intergénérationnelle en direction des enfants des écoles maternelles, primaires et des collèges, et le Printemps des Poètes ont créé en 2003 le Prix poésie des lecteurs Lire et faire lire.

Les lecteurs de Lire et Faire Lire sont invités à faire partager aux enfants, lors de séances de lecture dans les établissements scolaires, 4 ouvrages de poésie sélectionnés par un comité de professionnels du livre (auteurs, bibliothécaires, enseignants, libraires…)

Le Prix est organisé dans les départements par le réseau des organismes d'éducation populaire (Fédérations des Œuvres Laïques, Unions des Associations Familiales…)

Ce prix initié en 2003 dans le département du Val d'Oise, a été organisé en 2010/2011 dans 48 départements, par 245 bénévoles, auprès de 5000 enfants.

Partager cet article

Repost 0

L'ENVERS ET L'ENDROIT

Publié le par Mireille Disdero

 

C’est bien ainsi ce soir. Dans ce café maure, tout au bout de la ville arabe, je me souviens non d’un bonheur passé, mais d’un étrange sentiment. C’est déjà la nuit. Sur les murs, des lions jaune canari poursuivent des cheiks vêtus de vert, parmi des palmiers à cinq branches. Dans un angle du café, une lampe à acétylène donne une lumière inconstante. L’éclairage réel est donné par le foyer, au fond d’un petit four garni d’émaux verts et jaunes. La flamme éclaire le centre de la pièce et je sens ses reflets sur mon visage. Je fais face à la porte et à la baie. Accroupi dans un coin, le patron du café semble regarder mon verre resté vide, une feuille de menthe au fond. Personne dans la salle, les bruits de la ville en contrebas, plus loin des lumières sur la baie. J’entends l’Arabe respirer très fort, et ses yeux brillent dans la pénombre. Au loin, est-ce le bruit de la mer ? Le monde soupire vers moi dans un rythme long et m’apporte l’indifférence et la tranquillité de ce qui ne meurt pas. De grands reflets rouges font ondoyer les lions sur les murs. L’air devient frais. Une sirène sur la mer. Les phares commencent à tourner : une lumière verte, une rouge, une blanche. Et toujours ce grand soupir du monde. Une sorte de chant secret naît de cette indifférence. Et me voici rapatrié.

 

In L'envers et l'endroit, Albert Camus - Gallimard 1958

 

Ces essais ont été écrits par Camus entre 1935 et 1936...

Publié dans POETES, ECRIVAINS...

Partager cet article

Repost 0