Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

RENCONTRE AU COLLEGE MIRAMARIS

Publié le par Mireille Disdero

 

J’ai été invitée par les professeurs de français Mesdames Staali et Abeille et leurs élèves de cinquième et quatrième, ainsi que par Géraldine Picard, le professeur documentaliste du collège Miramaris.

 

C’était le 15 novembre 2013, il faisait froid, en Provence. Pourtant, l’accueil que j’ai reçu a été très chaleureux et je les en remercie tous !

 

La séance s’est déroulée à peu près de cette façon :

J’ai présenté mon roman « 16 ans et des poussières » que les élèves avaient lu avec leurs professeurs.

Ensuite, je leur ai parlé de « A l’ombre de l’oubli » et de « Ma vie océan » puis de l’écriture. Au fur et à mesure de la rencontre, ce sont eux qui ont pris la parole. En effet, ils avaient préparé toute une batterie de questions, parfois extrêmement précises et pertinentes – notamment sur une possible adaptation du livre au cinéma ! Ça a été l’occasion de parler de Robert Guédiguian et de son film « L’argent fait le bonheur ».

J’ai été touchée par leur parole, leur vision du monde et la façon avec laquelle ils se sont approprié la substantifique moelle du roman « 16 ans et des poussières », son message essentiel. J’ai été sensible au fait qu’ils me disent que, maintenant, ils allaient chercher des livres à la bibliothèque car ils aimaient lire.

Le déclic de la lecture, c’est ce qu’on recherche avant tout. On a envie de transfuser ce plaisir, mais on ne sait pas vraiment comment s’y prendre. Alors je crois que le mieux est de partager, d’être sincère.

Ah, j’allais oublier de vous dire… Dans l’une des 3 classes, j’ai rencontré une jeune fille qui porte le même prénom que l’héroïne de « 16 ans et des poussières », Shayna. C’est un beau hasard, non ?

 

Un grand merci encore aux élèves du collège Miramaris et à leurs professeurs !

 

Mireille Disdero

 

Quelques photos... 

(Il me manque encore celles de la seconde classe de cinquième : pas d'inquiétude, je les ajouterai bientôt !)

RENCONTRE AU COLLEGE MIRAMARIS
RENCONTRE AU COLLEGE MIRAMARIS
RENCONTRE AU COLLEGE MIRAMARIS
RENCONTRE AU COLLEGE MIRAMARIS
RENCONTRE AU COLLEGE MIRAMARIS
RENCONTRE AU COLLEGE MIRAMARIS

Partager cet article

Repost 0

SALON DU LIVRE : GRAINS DE SEL, AUBAGNE 2013

Publié le par Mireille Disdero

RENDEZ-VOUS...

 

Je dédicacerai mes romans édités au Seuil les samedi 16 et dimanche 17 novembre 2013 au stand des éditions Le Seuil, lors du festival du livre Grains de sel 2013 à Aubagne (centre ville).

Rendez-vous donc samedi 16 à partir de 14 heures et dimanche 17 toute la journée !

Le stand des éditions du Seuil sera dans le salon Shéhérazade, Espace Grimaud.

Mes livres s'adressent à tous à partir de 12/13 ans.

A très bientôt.

 

Mireille Disdero

 

Partager cet article

Repost 0

APPRENDRE LA CHALEUR, HANOÏ

Publié le par Mireille Disdero

 

Il faut apprendre la chaleur, au cœur du Viêt-Nam, en été.

Le skaï du taxi colle à la peau depuis que la clim ne fonctionne plus. Bouddha format de poche danse au bout d’un cordon, accroché au rétroviseur de la voiture. Et chacun fait avec, des rêves assoiffés d’iceberg dans le regard. Toujours, Hanoï et sa montagne de Jade gardent la tortue apportant paix, bonheur, réalisation des souhaits les plus fous… Mais seuls les sages la distinguent, dans les algues mouvantes du lac Hoan Kiem.

Le jour et la nuit, les scooters italiens envahissent la chaussée, comme autant d’oiseaux furieux grondant au feu rouge. Mais quel feu ? Un mirage. Et pendant qu’on quitte la ville, les yeux collés à l’apparition magique du fleuve rouge, tout là-bas, on cherche à retenir la cité entre nos mains. On espère ses vélos couverts de sacs de riz ou de fleurs de lotus, à vendre sur un bord de trottoir. On attend ses marchands de tout, le chapeau sur les yeux demi-lune. Son agitation, ses cafés, la couleur de peau du soleil, dans les rizières des rues.

Il faut apprendre la chaleur, l’accepter, la boire et s’en faire un tissu de saveurs sur le corps. Apprendre à se vautrer dans la délicatesse puis contempler ce qui traverse le beau visage du chauffeur, dans la moiteur. Une goutte de transpiration, à peine, semblable à la nôtre, frères humains, et ses mains agrippées au volant comme des clés pour passer le seuil. On peut dès lors entrer ici, tracer une histoire à l’encre transparente sur le bois, l’eau, le vent, la lumière et le feu intérieur. Hanoï 2013, l’été.

Mireille Disdero

 

A lire également sur le site Un Endroit..., dans Comment je vois le monde, Carnets d'Asie.

Partager cet article

Repost 0