Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

CADENET LE GRAND SALON DE LA PETITE EDITION

Publié le par Mireille Disdero

Quelques temps après la fin du salon Les Beaux jours de la petite édition 2015, François Bernheim, fondateur et journaliste du web magazine "Mardi ça fait désordre", a demandé à Antoine Gallardo (La Boucherie littéraire) de répondre à ses questions.

Un événement majeur ne fait pas forcément du bruit. mais tous ceux qui aiment la littérature et la poésie doivent connaitre l’existence de ce salon, examiner ses choix, ses intuitions, sa capacité à créer « un ailleurs « où l’âme et le coeur de chacun se trouvent confrontés avec cet « autre » indispensable sans lequel nous ne pouvons ni respirer, ni avancer. Lors de la dernière et 5ème édition du salon » Les beaux jours de la petite édition » des 4 et 5 Avril nous avons eu la chance de rencontrer son organisateur Antoine Gallardo, créateur de l’association » la boucherie Littéraire » C’est son projet qui répond à nos questions.Merci à lui.

François Bernheim

1/ Au démarrage quel était l’objectif du salon ?

Les Beaux jours de la petite édition, est un salon du livre qui permet aux lecteurs habitués des prescriptions médiatiques de rencontrer les artisans de la littérature d’aujourd’hui. Ce salon a la volonté d’offrir des rencontres avec des éditeurs exigeants souvent méconnus du grand public, mais aussi des grands médias dits de référence

La suite de l'article ICI

Publié dans ARTICLES

Partager cet article

Repost 0

16 ANS ET DES POUSSIÈRES ET LES LECTURES DE VAL

Publié le par Mireille Disdero

Fin mai 2015, sur son blog Les lectures de Val, Valérie Carreau (bibliothécaire) chronique "16 ans et des poussières" :

Du coté de l'histoire: Nous suivons, Shayna, une adolescente en fin de troisième. Alors qu'elle est très bonne élève, elle désire passer en classe de seconde à la rentrée prochaine mais malheureusement, sa mère ne le veux absolument pas et désire que sa fille rentre dans la vie professionnelle pour qu'elle quitte au plus tôt la maison. Les relations avec sa mère sont des plus conflictuelles car celle-ci trouve en la personne de sa fille un boulet à subir plus qu'un enfant à chérir. Heureusement la jeune fille peut compter dans sa vie sur son petit Ami Enzo et sa professeure de Français qui la soutiennent vraiment.

Du coté de l'écriture: Tout comme à son habitude, Mireille Disdero nous décrit la vie de cette jeune fille avec sensibilité, émotion et justesse. Ce court roman, nous fait état de la misère qu'endure cette jeune adolescente entre une mère qui ne rêve que de la voir partir pour enfin vivre la jeunesse qu'elle n'a pu vivre avant, la bande de Rox Man qui la harcèle sans cesse et les bas quartiers de Marseille dans lesquels elle habite mais tout ceci est contrebalancé par la tendresse que lui apporte Enzo accompagnée par tous ces petits moments de bonheur qu'ils peuvent passer ensemble. Un tableau de vie rempli d'émotions, une jeune adolescente touchante qui ne peut laisser le lecteur insensible.

En conclusion: J'ai adoré lire ce roman issu d'une courte nouvelle, c'est un moment rempli d'émotions intenses que je viens de terminer, c'est un récit qui m'a pris aux tripes, un roman qui nous fait réfléchir sur ce que nous sommes et ce que nous voulons être vraiment. C'est un roman rempli de délicatesse, d'humilité et de sentiments. Mireille Disdero nous fait passer une fois de plus un très bon moment tout en justesse et subtilité, une histoire qui peut être celle de tout le monde sans vraiment quelque chose d’exceptionnelle non mais justement c'est ce qui fait la richesse des romans de cette auteure.

Je le conseille vraiment car pour moi ce livre est un réel coup de cœur. Un livre que chaque adolescent devrait lire.

Publié dans NOTES DE LECTURE

Partager cet article

Repost 0

CHRONIQUES EN MAI (SUITE) A LIRE AU PAYS DES MERVEILLES

Publié le par Mireille Disdero

Le 28 mai, sur le blog A lire au pays des merveilles, Alice écrit : 

Elle le sait Saskia.
Elle sait qu'elle a des rondeurs, elle sait comment lutter contre la prise de poids et elle sait ce qu'elle est au travers du regard des autres. Et malgré des amies proches, fidèles et aimantes, les moqueries dont elle est la cible la touchent au plus profond de sa différence.
Inconsciemment, Saskia se barricade, se replie sur elle même, se victimise en cherchant des responsables qui lui éviteraient d'assumer sa souffrance. Elle se ment, ne supporte pas la surprotection de ses proches et ne peut même plus comprendre l'attention et l'intérêt que lui porte Erik.
Résignée, elle se nourrit de gourmandises, de livres et de séries télé.
Et puis un jour, elle va se faire honnêtement bousculer en toute franchise et se retrouver face à ses responsabilités.
Elle sait alors que c'est elle, et elle seule, qui doit reprendre contrôle de son corps pour retrouver confiance en la vie.
 
Pas de lamentation, pas de pathos.
Mireille Disdero n'épargne pas Saskia  et c'est sûrement pour cela que le roman sonne juste. Un récit où tout est sincère et réaliste et qui n'est pas san rappeler la dure loi des apparences, surtout à l'âge de l'adolescence.
Un récit où le dénouement est plein d'optimisme et d'espoir, sans diktat des régimes, mais juste par l'acceptation de soi.
Un point de vue pas inintéressant.

 

Publié dans NOTES DE LECTURE

Partager cet article

Repost 0

ENFANTIPAGES ET RONDE...

Publié le par Mireille Disdero

Le 26 mai Anne Loyer chronique Ronde comme la lune sur Enfantipages

Ronde comme la lune

lune0Saskia aime trop manger. Son corps en paye le prix, son coeur en souffre, sa vie de lycéenne en pâtit. Malgré le soutien de ses parents, des mises au régime calibrées, du sport encadré... rien n'y fait. Elle dissimule ses grignotages et ne perd pas un gramme. A l'âge des premiers émois, Saskia désespère de ne jamais plaire à quiconque. Pourtant, un garçon lui parle, l'écoute, l'aime... en silence. Grâce à l'aide de ses amies et à ce regard masculin posé sur elle, la jeune fille de quinze ans va trouver la force de résister aux quolibets, et apprendre à s'accepter.

C'est un roman sur un mal très répandu à l'adolescence. Le regard blessant des autres, son propre refus de soi, son addiction à la malbouffe... Avec une plume intime et clairvoyante, Mireille Disdero (Lire aussi Ma vie océan, A l'ombre de l'oubli) s'attache à suivre les combats intérieurs de son héroïne pour s'arracher à son mal être. A part le chapitre ovni dans la démonstration souhaitée où Hector, petit ami de la meilleure amie de Saskia, lui explique qu'elle n'a que ce qu'elle mérite (!), l'ensemble du roman évolue tendrement vers l'acceptation de sa propre image. Ce dialogue violent entre les deux jeunes,  qui justifie le harcèlement dont elle est victime et qui heurte la lecture, est sans doute l’électrochoc dont la narratrice avait besoin pour réagir. Peut-être... Reste que l'échange est particulièrement brutal. Heureusement, Saskia trouvera la force et l'aide nécessaire pour se réapproprier ses formes et  ses défauts afin de les transformer en qualités. A lire dès 13 ans.

Editions Seuil jeunesse. 176 pages. 12,50 euros. 

 

Publié dans NOTES DE LECTURE

Partager cet article

Repost 0

LECTURE JEUNESSE 83 CHRONIQUE "RONDE COMME LA LUNE"

Publié le par Mireille Disdero

Un grand merci à Thierry Bonnety (Lecture jeunesse 83) pour sa lecture et son analyse : "L'auteure a un vrai talent pour capter, cerner et dépeindre ce monde complexe de l’adolescence..."

L'article à lire sur le site de Lecture jeunesse 83

Le blog des bibliothécaires jeunesse du Var, leurs coups de coeur, leurs actions et animations autour du livre et de la lecture.

 

 

LECTURE JEUNESSE 83 CHRONIQUE "RONDE COMME LA LUNE"

Publié dans NOTES DE LECTURE

Partager cet article

Repost 0

VIVRE AU COLLÈGE, CONSEILS DE LECTURE (MAI 2015)

Publié le par Mireille Disdero

*** Dans le numéro 67 de mai 2015 de la revue Vivre au collège, éditions Epicure, Ronde comme la lune est conseillé aux adolescents (rubrique Bouquins, page 26).

 

 

VIVRE AU COLLÈGE, CONSEILS DE LECTURE (MAI 2015)

Publié dans NOTES DE LECTURE

Partager cet article

Repost 0

SUR FRANCE BLEUE COUP DE CŒUR DE VIRGINIE POUR "RONDE COMME LA LUNE"

Publié le par Mireille Disdero

Publié dans NOTES DE LECTURE

Partager cet article

Repost 0

NOUVELLE CHRONIQUE EN MAI

Publié le par Mireille Disdero

 

Sur Viou et ses drôles de livres, une nouvelle chronique de "Ronde comme la lune" !

Un roman touchant aux problèmes de l'adolescence, écrit à la première personne. Cette narration augmente notre empathie pour Saskia.
Au delà des problèmes de poids, l'auteur nous montre toute la méchanceté de certains à cet âge difficile pour les personnes "hors normes". Elle touche aussi à des sujets comme les premiers émois amoureux, l'amitié, le harcèlement, le regard des autres, l'acceptation de soi, sa place, la difficulté des adultes à aider.
C'est écrit avec beaucoup de douceur et de délicatesse, de véracité. L'auteur aborde ces thèmes en nous nous faisant sentir proche de Saskia et bien ressentir son mal-être.
Un roman où l'émotion monte peu à peu. La fin nous donne une belle leçon de vie (tout en douceur, comme sait si bien le faire l'auteur) sur notre regard parfois obscurci par les apparences, sans prendre le temps de connaître la personne en face.
 

Publié dans NOTES DE LECTURE

Partager cet article

Repost 0

RENCONTRE, LECTURE, DEBAT : APÉRITIF LITTÉRAIRE AUTOUR DE RONDE COMME LA LUNE

Publié le par Mireille Disdero

C'était le 21 mai à 19 heures. Une soirée littéraire réussie !

Quelques photos...

A la librairie La Portée des mots à Salon-de-Provence

A la librairie La Portée des mots à Salon-de-Provence

Mes lecteurs ont tous les âges !

Mes lecteurs ont tous les âges !

RENCONTRE, LECTURE, DEBAT : APÉRITIF LITTÉRAIRE AUTOUR DE RONDE COMME LA LUNE
RENCONTRE, LECTURE, DEBAT : APÉRITIF LITTÉRAIRE AUTOUR DE RONDE COMME LA LUNE
Lou, ma plus jeune lectrice.

Lou, ma plus jeune lectrice.

RENCONTRE, LECTURE, DEBAT : APÉRITIF LITTÉRAIRE AUTOUR DE RONDE COMME LA LUNE
A la Case à Palabres, avec des auteurs du PEPS.

A la Case à Palabres, avec des auteurs du PEPS.

Publié dans RENCONTRES

Partager cet article

Repost 0

JOURNAL DE MES PAYSAGES N°2 EST SORTI !

Publié le par Mireille Disdero

Journal de mes Paysages n°2 est disponible, revue amie de la crypte (MAISON D'ÉDITION FONDÉE À HAGETMAU), créée par Pierre Saunier et Martin Wable.

On y trouve des auteurs proches aussi de la crypte tels que Fabrice Farre (dont on publiera prochainement Loin le Seuil), Marie-Josée Desvignes, Benjamin Girard (dont le travail sera projeté à la fête de la crypte), et d’autres… Marlène Tissot, Mireille Disdero, Océane Brunel, Frédéric Dechaux...

Pour le commander suivez le lien amazon
Ou sur le site PL Quality !

Pioché par l'écrivain Marlène Tissot dans le n°2 de la revue Journal De Mes Paysages :

C'est l'heure où la ville se vide de ses rêves. Depuis le bord de ma tasse [], ce samedi matin me paraît bien loin de l'équilibre. Pourtant, je vais aller faire quelques pas dessus. On verra bien. (Benoit Jeantet)

[] Le temps est presque posé là, sur une table, dans un jardin de galets. C'est un moment pour croire que rien n'échappe jamais à la vie. (Mireille Disdero)

C'est un matin où nous craignons l'adjectif. Fabrice Farre)

Est-il cohérent de considérer un algorithme comme une poésie dysfonctionnelle? (Narbah)

Je me sens toujours changeante en société, je n'arrive pas à être moi-même. Je porte le masque du clown triste ou de l'arbre déguisé qui se fond dans le décor. (Zoé Mozart)

Mon enfance est passée derrière moi. Mais la langue m'est restée. (Anton Karmazoe)

Exhumer les vestiges dans le soucis inconditionnel d'une auscultation non destructive. Corinne le Lepvrier)

*

Un beau recueil, à lire !

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 > >>