GUSTAVO, SEIGNEUR DE LA PAMPA- H GRILLOT

Publié le par Mireille Disdero

 

 

En quoi crois-tu, Gustavo,

Seigneur de la Pampa ?

Pas en l’homme, tu le vois si peu, perdu au Sud de cette Amérique si éloignée de nos certitudes.

Tu ne vois plus l’homme que quand il vient chercher son dû, son compte de sang et de douceur...

 


 

Crois-tu en ces 4.000 âmes qui t’entourent et te suivent ? Blanches douceurs laineuses cachant un sang qu’un jour, d’autres dévoreront. Elles ont confiance en toi, Gustavo, mais ton regard dépasse ton troupeau. Tu vois plus loin.

Crois-tu en tes huit Cerbères, émanation du mâlin, pour confiner ces âmes candides à leur vision restreinte. Molosses disparates qui s’abreuvent de sourds grondements pour les moutons et d’hurlements sauvages pour les étrangers. Ils savent d’où vient le danger ! Ton monde, Gustavo, supporte Diables et Dieux.

Ces pécadilles ne te touchent plus, simplement campé sur une paire de lourds souliers cirés à la graisse animale. Ta pyramide corporelle écartée, remonte sur deux bases de pantalon bouffant jusqu’à la ceinture. Ton pull en laine, par tous les temps, va se perdre sous une barbe hugolienne. Ton auréole de Dieu, c’est ton chapeau qui te la fait, el gaucho Gustavo !

Sous l’avancée en tôle laminée par les vents, tu vois plus loin que mon objectif.

Une tasse mal émaillée à main droite, un morceau de pain à main gauche, tu sanctifies l’eucharistie de cette Patagonie. Gustavo, Seigneur de la Pampa, tu vois , au loin, ce que nul terrien n’arrive à saisir.

Seuls, les marins ont ce regard. Voir les ports longtemps avant de les atteindre. Seuls, les mirages de nos déserts nous aident à l’imaginer.

Gustavo, tu vois nos vies de demain, sans bruit, simplement.

Même si, peut-être, tu vois la fin du monde,

Ton pain et ton vin ont un goût d’optimisme.



Hervé Grillot

  

Publié dans POETES, ECRIVAINS...

Commenter cet article

Mireille 21/06/2007 00:16

La photo "Gustavo" est de Richard Mas (Patagonie et Terre de Feu, Ed. Georges Naef 2003).

Mireille 18/06/2007 23:24

Le texte est ici :http://www.hervegrillot.info/article.php3?id_article=248&date=2005-02