PAULO - FEUILLES DES JOURS - JUIN

Publié le par Mireille Disdero




Au village perché comme un coq

il surgit toujours quand on n'y croit plus

quand on s'imagine qu'il est mort

collé à un lit d'hôpital

comme le sparadrap.


Au bar du coin Paulo s'imbibe et se noie

depuis que sa poupée d'amour

a rendu l'âme à qui de droit,

un soir ou une nuit d'automne,

qui peut savoir, personne ne veut.


Alors Paulo, du matin au soir

remplit son vide sans fond et rêve.

« Passer l'arme à gauche en sortant du PMU

serait le paradis, oui. »


Paulo surgit toujours quand on n'y croit plus

pingouin échoué sur la terre il tangue,

hurle, éructe et avale les mots à grandes gorgées

puis il s'accroche aux murailles de pierre

et s'élance au milieu de la rue :

« A vot bon coeur chauffards ! Tas de fumiers de la vieille guerre ! »

Mais qui lui rendra ce service...


au village, perché comme un coq, Paulo.


Mireille



madrid-cafe-1.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mireille 01/07/2007 20:44

Bonjour Aril,Bienvenue sur Bleu Indigo ! J'ai lu plus haut que tu venais du blog de Alain Balbo, de Salon. Tu étais peut-être à la reconstitution historique ?A te lire,

aril 29/06/2007 23:16

j'aime vraiment beaucoup ce que tu ecris.ton blog est riche! Pauvre Paulo!bien sur quie l'alcool endort ,aide à rendre la vie moins dure,moins douloureuse..l'alcool,la drogue et toutes les autres formes d'addiction...

jean-luc saint-marc 26/06/2007 08:31

t'inquiète pas, Jluc!!!ça va le faire!;-]

Jluc 25/06/2007 23:16

oups, ya un autre Jean-Luc ici, mais c'est pas le même.

Mireille 25/06/2007 23:11

Bonjour Jean-LucLe goût d'optimisme ? Je n'en sais rien. Je crois plutôt que pour Paulo, l'alcool joue le rôle de la morphine (ou de l'endomorphine), il rend atone la douleur en l'endormant un peu.Souvenez-vous : "Sois sage Ô ma douleur et tiens-toi plus tranquille / Tu réclamais le soir, le voici il descend / ... de CB.A bientôt,

jean-luc saint-marc 25/06/2007 10:53

et si "se noyer" dans les alcoolsdonnait ledit "goût d'optimisme" ?Très bien ce bleu...

Mireille 24/06/2007 14:56

Bonjour Jonavin,Vous êtes le bienvenu en Bleu Indigo, et toutes les couleurs sont les bienvenues aussi (sourire).Je viens de visiter votre site, d'ailleurs. N'hésitez pas à intervenir et à bouquiner du côté des archives.Amicalement

Mireille 24/06/2007 14:51

A propos du regard, Kafka a écrit :Le regard ne s'empare pas des images, ce sont elles qui s'emparent de la conscience.(...)

Mireille 24/06/2007 14:45

Hervé... Bonjour vous, ... extrêmement complexe, la génèse de la création. Avec des tenants, des aboutissants... ;o)Le regard... c'est aussi le voyage, sans forcément bouger sur des milliers de kilomètres. Où que l'on soit il y a à regarder, à écrire, à lire, à apprécier... Le regard (dedans)  est plus ou moins nomade, plus ou moins en éveil, oeil de lynx, oreille de Crow ou de chat (sourire...).Belle métaphore, Hervé (antichambre...)A bientôt,

Mireille 24/06/2007 14:27

Bonjour Jean-LucHistoire vraie, oui. Ce sont les feuilles des jours.Paulo, c'est un miracle qu'il soit encore vivant...A vous lire