TENSION

Publié le par Mireille Disdero

Il y a des moments où l'écriture n'existe pas. Où elle reste lettre morte. Des moments sans faille, nets et clairs, de vraies pierres du chemin où le pied nu, sans fard, ne cherche que le mouvement, la route qui voyage pour lui.

 

Alors, pendant des jours puis des nuits, l'écriture n'existe pas.

 

Ce n'est que le soir ou quand vient un changement de saison, quand on a les mains sur le volant ou que le lait déborde d'une casserole... Là, à ce moment elle vient, parce que les mains sont prises et la vie occupée. Sans avertir. Elle arrive. C'est une tension, un courant, il est là. Alors, on écrit. On écrit quand même. 

Mireille D.


fen--tre-bleue-la-Roque-d-A.jpg

Commenter cet article

Mireille 02/10/2007 23:05

Bonjour Evelyne,Figure-toi que j'aime bien prendre des fenêtres en photo.Des bleues, vertes, couleur bois... ouvertes, tirées, fermées, silencieuses, endormies, rêveuses, orientales, solaires... sans parler des puits de lumière.Bref, des fenêtres avec des mots autour ou alors des mots cachés, pour recevoir.Merci d'être venue

Evelyne Najid 01/10/2007 17:25

Oui il y a des jours et des lunes, où les mots s'enferment à double tour à l'intérieur. Des volets bleus fermés, mutiques. Ne respirant même pas un peu. En attente de s'engouffrer dans le barrage qui finira bien par s'ouvrir large. Je t'embrasse je pense à toi et j'aime à penser que ... Evelyne