ORIENTEE

Publié le par Mireille Disdero

Sheitan - sheitan_mini.jpg


 

Orientée

  

Pays portuaire, 

odeur d'un Caire qui ne te connaît pas 



Au voyage 

fenêtre à ta gorge ouverte sur le vent

momies troublant tes contours feu

lente descente

profonde

chaloupée de pensées à reculons

 

Puis...

Murailles noircies

à pic du voyage

khôl des paupières allongées sur le sommeil

tu penses les regards sans limites 

trois mille ans et des poussières dans les yeux des morts

l’Égypte te rêve

poignée de sable

 

Alors de loin les nuages t’écrivent et racontent

l'odeur agitée dans une cohue de roues  

l'Égypte intérieure 

un pain de sucre au fond des gorgées


Un voyage

à venir

parmi les vivants lacérés de prières 

dans le désert 
 


A la recherche des sables du monde

devant

dedans

avec la terre, tu apprends à marcher enfant.

 

 

                             Mireille D.

Commenter cet article

Viviane 08/12/2007 16:16

J'aime beaucoup ces pensées à reculonsleur tangoleurs eaux

* * * * 29/11/2007 13:22

Un poème qui poursuit, après un un texte, l'Egypte intérieure : celle qui n'a pas été encore visitée, découverte...

jau_jacqueline 26/11/2007 11:29

dans ta fixité,tu retiens le temps de tout horizon, posément,pour abordage,un point d'ancrage,quelque soit l'ailleursil n'est pas si loin, toi visiteur,et de ces clichés, de ces odeurspour tout bagage, des senteurset de ces poussières déposées par le temps,un tourbillon te ramèneà songer doucereusement....                    Jackie