QUAND DONC ?

Publié le par Mireille Disdero




Une piqûre de guêpe sur un visage en pleurs
(Proverbe japonais)

 


Tout est rouge, le ciel, la montagne, les collines, tout !

D’un rouge changeant au gré du levant, laqué et moiré, puis sombre et profond. Rouge, rouge, rouge, tout est rutilant !

Rouge le ciel, rouges les sommets au col minuscule mais droit et chatoyant. Vermillon la descente modelée au gré d’une lave incandescente. Flammèches changeantes à l’adret, sang bouillonnant à l’ubac. Collines aux frêles sentes, comme autant de coutures d’une soie de sentiments.

Rouge le lac étal et presque plat, si ce n’est cette infime courbure planétaire qui provoque l’envie de fouler un corps céleste.

Rouge la plaine épanouie au bassin de sédiments assoupis. Large plaine aux braises dormantes.

Rouge, tout est rouge et, par dessus cette vision onirique, comme une averse de flocons…

Des branches de cerisier dorées
Aux délicates fleurs brodées
Aux fils patiemment dévidés
Or, tout est or
Sur ce rouge vif et brûlant

Et la forge, au souffle de nos imaginations, avive la vision au bas, vers ces deux mollets laiteux fendant cette soie rouge jusqu’aux deux socques de bois.

Rouge la robe du levant avec ses ors surpiqués, rouge ce corps se couchant.

Elle s’allonge et le rouge et l’or avec
Sans fin
Rouge la fusion dans l’athanor
Sampan
Et nos cerveaux se changent en or
On largue nos amarres

Quand donc apprendrons-nous à croire ?

 

  Hervé Grillot 

 
nue-rouge-laurence-de-sainte-mareville.jpg

Illustration, Laurence de Sainte Mareville

Publié dans POETES, ECRIVAINS...

Commenter cet article

gmc 11/12/2007 17:24

rien n'échappe à l'impermanence, le voir permet d'éviter de s'accrocher à des chimères. pour vos "étonnants nuages", si celui que vous appelez le voyageur est celui a dit de baudelaire qu'il faisait lui aussi de la poésie subjective, alors ces nuages sont différents pour l'un et l'autre et donc étonnants oui, mais pas de la même manière.

* 11/12/2007 12:32

Bonjour gmc, ... Et les nuages, les étonnants nuages de Baudelaire et du voyageur... comment les vivez-vous ? Sont-ils de l'impermanence pure... ou bien, accrochés aux cargos du ciel, des guirlandes de saison qui s'ignorent... et se délitent lentement (tout ceci est très obscur et confus, bien sûr).

gmc 10/12/2007 20:04

AHORITA NADA

Les muets sont sauvages volubiles qui ne chantent qu'en silence les stances hallucinées du napalm, même quand ils célèbrent les autoroutes vierges et les solitudes impériales. Toute la beauté des aveugles vient de leur absence de connaissance des images en carton-pâte qui forment le décor alambiqué des cauchemars de la fortune. Autistes, sourds et muets sont les poètes à la lyre lance-missiles, ils bercent les enfants au son des katioushas éternelles, ils éclairent les champs de mines avec leurs stroboscopes dévergondés, aucune pudeur n'arrête leur barbarie flamboyante. Dans leur train de nuit souverain, ils savent que l'argent de la lune provient du regard ébloui du soleil qui la magnifie au-delà des horizons provisoires, à travers les étendards asphaltés, au fond du cri hurlant des déserts silencieux.

(Nov 2006)

Mireille 10/12/2007 18:41

Bonjour gmc,Imagination is more important than knowledge (Einstein)voilà un poème Non, pas un credoSeulement la steppe le ventLes hauts plateauxTout ce qui peut faire grincer les croyanceset valser le froid avec les images de l'été devant et avantrien ne se perdtout se... ?Que croyez-vous ?

Mireille 10/12/2007 18:30

Bonjour Jean-Luc,Ce bleu indigo, surtout...

Mireille 10/12/2007 18:29

Bonjour Laurent,Comme je ne suis pas l'auteur du texte, je ne vous expliquerai pas ce que l'auteur a voulu ; je ne raconterai pas non plus ce qui fait que ce texte m'a plu. Et pourquoi le rouge, le bleu indigo... ?(sourire)Bonne après midi,

gmc 05/12/2007 08:43

TOUJOURS JAMAISCroire ne s'apprend pasSutout quand il ne s'agitQue de voirTout le monde croit déjàAu pays des fumigènes alambiquésChacun son scénario fabuleuxPeuplé de chimères appelées réalitéResponsabilité ou sens du devoirTout le monde croitEt fait grandir sa véritéSavane ou jungle selon les besoinsHistoire de meubler la steppe et le vent

jean-luc saint-marc 04/12/2007 14:09

alors,ce doit-êtretout cebleu!

laurent 04/12/2007 13:36

Une Terre, où l'homme la première fois a vu cette couleur chaude,rassurante, étrange, protectrice. IL a compris que ce rouge chatoyant lui rapelle sans cesse ce semblant de mystère où son imagination éternelle brûle encore de désir.Bonne après-midi Mireille

Mireille 03/12/2007 22:04

Bonjour Jackie, bonjour Jean-Luc,L'oeuvre au rouge, donc :"couleur du feu central de l'homme et de la terre, celui de l'athanor des alchimistes...Les alchimistes occidentaux, chinois et islamiques, utilisent le sens du rouge d'une manière identique". (Dictionnaire des symboles, Robert Laffont)Bizarre ? Plutôt symbolique.