SUR LES DOCKS - MONA HEFTRE

Publié le par Mireille Disdero


Le mercredi après-midi, je suis rarement chez moi. Aujourd'hui, si. Et tiens, pendant ce moment de grand calme, j'ai écouté sur les docks de France Culture, consacrés cette fois à Mona Heftre. Je ne vais pas chercher à votre place ou vous raconter ce qu'elle a dit, chanté, rêvé, joué. Vous irez de votre chef écouter cette rencontre sur FC. 

Je vais en revanche vous donner  un, deux signes d'attention. 
Est-ce ainsi que les hommes vivent ? écrivait Aragon. Mona elle, vit et parle de ses petits et grands instants, Paris, les plantes sur le balcon, le tango, Albertine et Julien Sarrazin, une lettre que l'on lit... 
J'ai aimé cette voix de femme, son "intérieur" donné sur l'instant, cette présence qui n'a rien de fragile mais tout de subtil, ce que parfois l'on confond avec la fragilité.

Ecoutez-la, vous aussi, si cela vous chante comme à moi.

Ecoutez

Podcast



France Culture - Sur les docks - le 12 décembre 2007

Portraits - Mona Heftre
 
 

 
   © Robinson Savary

Un documentaire d’Elise Andrieu et Céline Ters

Nous entrons dans l’univers de Mona Heftre, des voix plein la tête qui résonnent en mots d’amour.
Comédienne et chanteuse, ancienne égérie du Grand Magic Circus, Mona a depuis creusé son chemin indépendant vers des histoires qui la fascinent et lui ressemblent.
Le fil de ces histoires : celui de l’émotion. Mona est une onde qui vibre et veut donner à vivre les émotions les plus violentes et les plus chavirantes. Il n’y a que ça qui l’intéresse : que batte son cœur. Elle le donne à ressentir en mille.
D’une salle de répétition aux chemins divers de sa vie, nous l’entendons incarner Albertine Sarrazin, chanter Serge Rezvani ou évoquer Maurice Magre.
Comme au fil d’une histoire d’amour qui naît, vit, puis meurt, elle parle d’elle en portant l’amour que ces autres s’écrivent.
Le portrait d’une femme en quête d’absolu.







17 septembre 1937, Alger - 
10 juillet 1967, Montpellier

albertine-sarrazin.jpg

Publié dans ARTICLES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mireille 02/11/2009 19:21


Bonjour Guillaume

Non, désolée, je n'ai pas gardé d'enregistrement de cette émission concernant Mona Heftre  (France Culture du 12 dévembre 2007), la possibilité d'écoute est limitée, comme vous le dites
justement.

Je ne vois pas comment vous aider... mais je vais chercher et si je trouve quelque chose, je vous le dirai.


Guillaume R. 02/11/2009 18:03



 


Bonjour Mireille,


 


Je me permets de revenir sur cet ancien message de votre blog.


 


Ayant récemment découvert la très talentueuse et éclectique Mona Heftre, j'aimerais beaucoup écouter cette émission de France Culture du 12 dévembre 2007, mais la conservation des
émissions en ligne ne dépasse pas une courte période (quelques semaines au plus).


 


Sauriez vous comment faire ? (j'ai écris à FC, mais n'en n'espère pas grand-chose, connaissant la bureaucratie qui règne dans la maison ronde).


 


Auriez vous par hasard conservé un enregistrement de cette émission ?


 


Bien cordialement


Guillaume R.


 


(je vous laisse mon e-mail si vous souhaitez me répondre directement)


 




laurent 20/12/2007 14:25

"La vie commence là où commence le regard"(Amélie Nothomb)Aveugle,  je le suis, pour le moment, je préfère regarder l'abîme.Est-ce  pour  mieux entendre le cliquetis de certaines choses?J'aime l'hallucination poétique.Bonne après-midi Mireille

Mireille 18/12/2007 23:48

Bonjour Laurent,Je crois plutôt qu'on est dans une ère où il est bon d'avoir les yeux ouverts et de savoir lire les images - au moins autant que les textes - Des aveugles, vous dites ? Dans un univers d'images, d'icônes, de représentations subliminales... où tout - même les mots - est image, métaphore, figure de style etc. Images... qui sautent directement dans votre entendement et auxquelles vous êtes confronté votre vie durant. Sans y paraître. C'est la nouvelle condition humaine (non, Malraux n'a rien à voir avec cette figure ;o).Le site de Laurence de Sainte Mareville ? J'y retourne régulièrement.A vous lire

laurent 13/12/2007 22:24

Bonsoir Mireille,Vous avez raison.Qu'est ce que vous avez aimé dans la voix de Mona?Est ce une sensibilité artistique,(je ne crois pas).Est ce une nostalgie, ou quelque chose d'infinissable personnel,sûrement une chose qui vous ramène à une profondeur.L'écrivain a ce léger défaut, il voit où nous voyons difficilement.A notre époque,il est bon d'être aveugle.De n'être qu'un diamant brut, non taillé pour mieux briller.Comme le dit ( Laurence de Sainte Meréville)La grâce a mille facettes, une seule pureté.

Mireille 12/12/2007 22:57

Bonjour Laurent,Si ça vous a fait plaisir de la retrouver ici, tant mieux.En revanche euh... ça n'est pas un clin d'oeil, simplement Mona dont j'ai eu envie de parler après l'avoir entendue.A vous lire,

laurent 12/12/2007 22:17

Ca fait plaisir ! Pour mon noël, on m'avait offert un spectacle en 1999 au palais de Chaillot "Y'a d'la joie" orchestré par le talentueux Jérôme Savary.Tel un enfant, je découvrais  pour la première fois Mona dans un profil superbe, elle resplendissait de bonheur interprétant le répertoire de Charles Trénet. Quel voix ! Quelle aisance sur scène!La sonorité de ces mots envoûtait mon imaginaire, enveloppant une douceur maternelle, bonheur éphémère esquissé.Jusquà ce jour ce fût ma plus belle soirée musicale.Merci Mireille pour ce clin d'oeil non improvisé.