AEROPORT

Publié le par Mireille Disdero

 

 

Aéroport. Où ça ? M. Bajara. Cafeteria. Rumeurs… Attendre.

Un café. Con leche ? Tasse Bonka (soupirs). Mucho Azucar. Pour la douceur immédiate (soupir again). 

Solitude du voyageur. Collage décollage. Brouhaha diffus. Va et vient. Pas perdus. Pas d’ailleurs. Les siens, les miens. Penser à l'air qui va brusquement s'engouffrer entre ici et là-bas. Ces milliers de nuages, de paysages... du ciel et des pistes de vie ou d'atterrissage. Qu'importe. Au bout du compte. Un café. Aussi brûlant que soi de l'intérieur. Avec du lait en passant la frontière... de soi, du monde. Et puis encore...

... Des pages et des pages à écrire en attendant de décoller, de s’envoler, de se manquer.

De se manquer. De se manquer…


 

Mireille D.


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mireille 30/06/2008 21:03

Merci Laurent, pour Amalia Rodrigues (sourire)

Mireille 30/06/2008 21:01

Bon alors tutto va bene, Jean-Luc :o)

laurent 27/06/2008 10:37

Oui Mireille, plutôt Amalia Rodrigues pour l'extrait du texte, les mots des autres...

jean-luc saint-marc 24/06/2008 21:08

ça n'avait en rien altéréles émotions et l'ambiancede cette extraterritorialité exquise ...;-)

Mireille 24/06/2008 20:48

Merci de votre texte, JackieJ'apprécie qu'on poursuive un thème, après.A vous lire,

Mireille 24/06/2008 19:33

Au fait Jean-Luc, a y est, j'ai corrigé l'erreur :o)Parfois des mots à moitié italiens et/ou à moitié espagnols se glissent dans les textes...

Mireille 24/06/2008 19:30

Coucou Marlou,Alors ça me fait plaisir. Merci tout pareil ;o)

Mireille 24/06/2008 19:28

Bonjour Laurent,Le cimetière marin me fait penser à Paul Valéry (j'apprécie moyennement...).C'est bien nostalgique en tout cas ce que vous écrivez_là.

Mireille 24/06/2008 19:25

Bonjour Hervé !Oui, comme l'histoire des petites canailles ;o)Si les aéroports avaient autant d'humour !

jau_jacqueline 24/06/2008 10:55

l'attente, l'impatience,le manque,l'absence...et au bout du comptele bonheur ne s'envole pason le porte en soimême à l'autre bout du monde                Jackie