COMME UN BIJOU A NOS OREILLES

Publié le par Mireille Disdero



Bashung perce le tympan comme un beau bijou son lobe.
« C’est comment qu’on freine… » Station Agip sur l’autoroute le soir, à l’ouest d’Eden.




Les portières claquent deux gifles sur la canicule. Effet retard, plus tard. La lumière devient plus obsédante que le regard des pères de famille pour des inconnues lassées de chaleur.

Quelques minutes d'arrêt. Chaises de jardins Grofilex bordeaux. Pour horizon, un cargo frigo qui nous insuffle son désir d’iceberg. Rapides on avale la fraîcheur éphémère puis les kilomètres. On habite l’habitacle, les cartes, les vallons, la pampa plus loin, l’océan bientôt et ses rouleaux Black Metal. On piste les rapaces en vol pour les nuages. On habite devant, autour, la jungle d’un grand lit aux fresques océaniques devenu bateau, route, voyage des grillons qui palpitent en nous.

Nos racines, accrochées au vent comme un bijou à nos oreilles, jettent par instant un éclat dans le soir.

Mireille D.



Commenter cet article

jean-luc saint-marc 09/08/2008 07:07

La chaleur et les irradiations de ton texte ont fulguré mon sentiment de lecteur et m'ont irrésistiblement fait penser à ce nom surréaliste de groupe de musique étatsunien ...(c'est un vieux truc, maintenant!);-)

Mireille 08/08/2008 12:37

Bonjour Jean-Luc,Chuis pas branchée, là : Canned Head c'est un groupe de zik, hum ?:o)

jean-luc saint-marc 07/08/2008 18:14

Canned heat ...;-)