LE CARRE DES ECRIVAINS

Publié le par Mireille Disdero



Samedi quinze novembre à partir de quatorze heures, je serai présente au Carré des Ecrivains au Centre Bourse à Marseille, pour dédicacer mon roman noir très noir mais pas vraiment polar Un Ogre dans la ville (L’Harmattan 2006).
Le récit se déroule à Marseille. Les auteurs invités ont d’ailleurs tous écrit sur la cité phocéenne (c’est la thématique).

Message aux Marseillais et aux gens du sud : n’hésitez pas à venir me voir samedi.

Et pour ceux qui habitent loin, vous pouvez trouver Un Ogre dans la ville chez l’Harmattan (version papier mais version e-book aussi, ce qui est vraiment bien link).
Ou encore, là où vous achetez vos livres, la plupart du temps (sur Amazon.fr link)

A bientôt et bonne lecture !

Mireille D.



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mireille Disdero 25/11/2008 22:36

Ce n'est pas grave, Pascal-Gros-Matou, de toute façon la langue française continue d'évoluer et une faute de frappe d'aujourd'hui est peut-être une orth. attestée demain. Dis bonjour à ton Emeline pour moi. Bises amicales à vous deux et peut-être à bientôt !

GrosMatou 17/11/2008 11:02

Bourré de fautes de frappe, désolé !

GrosMatou 17/11/2008 11:01

Tu y es presque : je ne suis plus prof, car j'ai perdu le bénéfice de mon concours après plusieurs années en dehors de l'éducation nationale, mais je travaille à temps partiel dans un collège pour compléter mon salaire de formateur pour adultes dans un GRETA... C'est tojours l'ensiegnement, mais d'une manière un peu différente, disons plus variée. J'aimerais écrire un bel article, mais après la trève des confiseurs. Et puis nous sommes en plein déménagement : M'line s'installe à Bourges où elle a été nommée dans le réseau des musées. Donc prochainement.Sinon, on sera peut-être sur Marseille après Noel, si les vents et l'inspiration sont favorables. Je te dirai. Bises amicales de nous deux.

Mireille Disdero 16/11/2008 19:14

Bonjour Pascal Gros Matou, préfacier et ami,Cela me fait plaisir de te lire. Pour l'Ogre eh bien tu le sais, je te remercie. Contente aussi qu'il remue les mots du côté de tes amis et connaissances. Le bouche à oreille est très important quand on est petit. Ensuite, j'imagine que la presse et les médias font le reste (je veux dire pour les GROS auteurs ;o)Oui j'apprécierais un article de toi sur l'Ogre, pour continuer à le présenter, par exemple sur certains sites. Merci d'avance si tu as un peu de temps.Alors ça y est, back to l'enseignement ?Je sais que tu es un très bon prof. Je me souviens de goûters avec Camille et Adrien en collège et toi qui leur montrais l'histoire humaine... A bientôt l'ami !

Mireille Disdero 14/11/2008 14:08

Coucou MarlouJ'attends tes commentaires de lecture, plus tard bientôt ;o)

Mireille Disdero 14/11/2008 14:05

Bonjour LaurentJ'attends votre avis sur "Un Ogre dans la ville" ; les retours sont importants, pour l'écriture qui vient, pour le prochain roman.Il ne peut pas s'écrire sans la lecture... Enfin, c'est un brin de mon avis.Bonne lecture en tout cas et à bientôt pour les questions (je suis presque certaines que vous en aurez, Laurent).

Mireille Disdero 14/11/2008 14:01

Bonjour Jackie,Ce sont les encres mêlées,quelque chose qui ne cesse jamais.Bon salon à vous aussi :o)

GrosMatou 14/11/2008 13:31

Eh oui, déjà plusieurs exemplaires vendus de mon côté, par bouche à oreilles et bouches à click sur Amazon.fr... Il a impressionné (au sens premier) tous mes amis, proches et autres groopies littéraires! Preuve par l'exemple qu'un roman n'est pas enterré six mois après sa sortie, et qu'il peut encore flotter parmi les énormes super tankers lancés à toute vitesse par les grandes maisons parisiennes (Seuil, Grasset, Flammarion, etc) le temps d'une rentrée aussi éphémère que vaniteuse. Je te laisse car j'ai des gamins agités à surveiller. Je suis au boulot, dans mon tout petit collège de province, entre d'autres murs qui pourraient servir de contre-champ à l'univers aseptisé de François B. Bises affectueuses. NB : si tu as besoin d'un article, d'une présentation, d'une notice sur l'Ogre, tu peux toujours compter sur moi.

marlou 13/11/2008 18:04

Felicitations pour ce nouveau livre

laurent 13/11/2008 14:07

180 pages c'est l'idéal,Une longue poésie...C'est un sujet qui ne demande pas plus au risque de s'égarer dans des passages trop longs qui pourraient gêner la lecture...C'est une histoire en mouvement...Il faut peu de temps mort et beaucoup d'action pour susciter l'éveil du lecteur et lui donner l'envie de tourner rapidement les pages.Un roman, c'est un truc vite lu et qui marque les esprits, tu commences la première page et tu vas jusqu'au bout...Maintenant, j'arrête de faire le malin, il faut que je clique