FANAL

Publié le par Mireille Disdero



Extrait

(...)

Sois le fanal, sois la lumière au  creux du verre,           

                                           Mais garde ta chaleur.
                         Les vents ne pourront pas te harceler au point
                                            D'éteindre ta lumière,
                         Et ta chaleur ne viendra pas, se dispersant, à être
                                                Un froid de par l'inutile infini.

.
FERNANDO  PESSOA


Publié dans PAROLES, CITATIONS

Commenter cet article

Mireille 20/04/2009 11:06

 Bonjour Jean-Luc,J'entends passer le vent, - et je trouve que rien que pour entendre passer le vent, il vaut la peine d'être né. (Le gardeur de troupeaux et autres poèmes)

Mireille 20/04/2009 11:00

Bienvenu, Damien !

jean-luc saint-marc 20/04/2009 07:07

Mais,je ne voisPersonne.

damien verhee 18/04/2009 10:47

Bonjour, je suis ravi d'être tombé sur votre blog qui a mis en éveil mes sens. Je découvre au grès de sauts de puces un univers charmant que je promets de revenir visiter quand le temps me le permettra. Cordialement, Damien

YM 17/04/2009 08:00

Sois le fanal, sois la lumière... garde ta chaleurD'entro de ti, o Cidade.

Mireille 16/04/2009 20:47

Je trouve que cet extrait est assez inhabituel dans l'écrit de Pessoa, c'est peut-être pour ça qu'il est là... que je l'ai posé ici :o)

YM 16/04/2009 08:36

Et puis non, j'ai changé d'opinion, ça colle plutôt mal à cet auteur si "intranquille".Mais bonne journée quand même...

YM 16/04/2009 07:50

Ceci colle parfaitement à cet auteur. Etre un Fanal par l'inutile infini et l'intranquillité, il savait de quoi il parlait.Mais inutile infini, inexploré, ligne des crêtes... et si l'on rajoute l'intranquillité, vos regards ces jours-ci aiment porter loin.Tout autre chose : un banquier anarchiste, voilà bien en ce moment qui nous manque grandement !Bonne journée Mireille.