UN PIANO DANS LA SIERRA TARAHUMARA - MEXIQUE

Publié le par Mireille Disdero



Lu dans Le Monde


ETAT DE CHIHUAHUA (MEXIQUE) ENVOYÉE SPÉCIALE

A 7 heures du matin, un flot de lumière déborde la crête des montagnes et vient effleurer la surface, noire et lisse, de l'objet le plus inattendu qui soit en pleine Sierra Tarahumara, aussi mystérieux qu'un monolithe tombé de l'espace : un piano à queue, un vieux Steinway de concert. Nous sommes au bord d'une falaise, entre les gorges du rio Batopilas et celles d'Urique, dans le plus vaste ensemble de canyons de la planète, qui s'étend sur 75 000 km2 dans l'Etat de Chihuahua, au Mexique. Une forteresse rabotée par le vent, l'eau des cascades, le silence des pierres.

C'est là que Romayne Wheeler, 66 ans, a posé son piano en 1995. Ce pianiste américain avait découvert le site une quinzaine d'années plus tôt. Il avait été ébloui, comme Antonin Artaud, qui disait de l'endroit, en 1936 :"On ne peut plus douter d'être parvenu à l'un de ces points névralgiques de la Terre où la vie a montré ses premiers effets." Après quelques séjours, le visiteur américain a fait connaissance avec un vieil Indien Raramuri, Luciano Guttierez. C'est lui qui a conduit l'Américain au sommet de la falaise. Le touriste américain et le vieil Indien ont alors noué l'une de ces amitiés qui bouleversent le cours d'une existence.

Longtemps Romayne Wheeler s'est dit qu'à l'âge de la retraite, il viendrait s'installer là, avec les Raramuri.

La suite de l'article de Joëlle Stolz  ICI



Publié dans ARTICLES

Commenter cet article