ENTRE TES BRAS LA LUNE

Publié le par Mireille Disdero



Quelques pavés polis miroitent le silence de la nuit
Une porte vermoulue transperce le rempart, lorgnette sur un ciel cobalt
Tu traverses la pierre en écartant d'un soupir un voile de mélancolie
Blanc de lune baveux grésillant sur le métal brûlant qui suinte encore sa surchauffe
Marches équarries dans la roche surplombant en terrasses les ourlets argentés d'écume
Tu t'assieds face au vide empli de notes tziganes, cœurs en choeurs
Les mats des pêcheurs clignotent des soleils verts
Respirer la nuit béante et plonger dans tes songes à en éclabousser la lune

Noz


Publié dans POETES, ECRIVAINS...

Commenter cet article

Mireille 11/06/2009 22:51

Bonjour Île,Je trouve aussi,c'est pourquoi j'ai emprunté ce texte à son auteur.Merci à toi pour ta lecture exprimée (sourire)

Mireille 11/06/2009 22:49

Merci Evelyne, pour tes mots de fée-l'idée ;o)Bises

Ile 10/06/2009 21:19

Une respiration calme et incarnée qui ouvre une "vastitude". Vraiment beau !

evelyne arène-najid 10/06/2009 20:56

Plonger dans la profondeur  même d'une perle de culture...En émerger nacrée de laitance bleutée et pavée de larmes cristalines.Y sombrer et définir le sens, le miroir,, l'illusion et ces petites notes de musique qui s'accrochent  aux chaussures colorées de lutins farceur.Découvrir Brocéliande au détour serpentin,Merlin mélusine et des cristaux de lune.

Mireille 10/06/2009 19:35

Tout à fait d'accord avec toi, Marlou. Beau de beau (en plus)Je suis d'ailleurs un peu étonnée que personne ne dise rien sur ce texte, en dehors de toi, de moi et d'un texte de gmc...

marlou 10/06/2009 14:12

Magnifique avec ces mots scintillants...

textes de gmc 09/06/2009 22:47


L’EPOPEE DE LA DOUCEUR

 
Des chevaux sur la lagune
Comme un tapis de pixels
Frissonnante chevelure
A l‘odeur de soie
Dans les branches de perles
 

Du velours sur les doigts
Du curare sur les ongles
L’empreinte du soir
Tatouée sur le front
Du petit matin fauve
 

Et ma main
Sur ta hanche indolente
Qui laisse la caresse
Exacerber sa peau
Dans des myriades
D’étincelles poivréesgmc