LES BIBLIOTHEQUES

Publié le par Mireille Disdero


J'étais abonnée à la liste Biblio-fr qui vient de fermer. Je le regrette. Je vous transmets cet article de Claude Poissenot, qui en parle, dans Livres Hebdo.


Biblio-fr est né dans le monde d'Internet. Il a rencontré les bibliothèques qui découvraient ce monde. Il a apporté à celles-ci une dimension relationnelle et horizontale. Les bibliothécaires n'étaient plus isolés ou limités à des cercles étroits, ils appartenaient à une communauté d'échange de savoirs, d'interrogations dans laquelle la voix était ouverte à tous (professionnels chevronnés, aspirants à ce monde professionnel, observateurs, etc.). Les hiérarchies de types d'établissement, de grades étaient comme suspendues pour former un monde d'égaux. Relationnel et démocratique, le monde de biblio-fr était une promesse d'un autre monde possible. C'est sans doute la disparition de ce rêve qui pèsera le plus dans les regrets des abonnés à la liste. C'était aussi un formidable lieu de construction de l'identité professionnelle : les bibliothécaires avaient en commun ces livraisons de messages qui les rassemblaient (ce qui n'excluait pas les agacements et les marques de distance) par-delà leurs différences. On peut s'interroger sur les supports de l'identité professionnelle des bibliothécaires (au sens large) et sur un risque de repli catégoriel (lecture publique, BU, discothécaires, fonds patrimoniaux, etc.)

Lire la suite ICI


Claude Poissenot est sociologue, enseignant à l'IUT "Métiers du livre" de Nancy. Ses travaux portent notamment sur les publics des bibliothèques mais aussi sur la lecture et ses représentations. Il travaille à l'écriture d'un nouveau modèle de bibliothèque plus en phase avec la population desservie. A cette fin, il a conçu un site web accessible à tous les intéressés
.

Publié dans ARTICLES

Commenter cet article

Mireille 01/07/2009 23:57

Baudoin a lu "Un Ogre dans la ville", et donc ta préface d'historien du roman. C'est amusant que tu le croises parfois à Villars : il faut dire que ce village est comme La Barben, 500 / 600 habitants... Tu me raconteras la suite, alors, pour cet été. A bientôt, Gros Matou !

grosmatou 30/06/2009 22:21

Je me rends compte que tu connais Edmond Baudoin. Il est venu boire un pastis chez nous, à Villars, l'été dernier.Je le recroiserai certainement cet été, avec de nouveaux récits de voyages à partager.Amicalement, Grosmatou.

Mireille 29/06/2009 19:30

Eh oui, mais c'était beaucoup de travail pour ceux qui s'en chargeaient... On comprend donc leur décision, même si on est triste, quand même.Un sacré métier que celui des bibliothèques ! Merci Marlou (sourire)

marlou 25/06/2009 12:03

Une vraie perte, c'est bien dommage !