LE GAI SAVOIR

Publié le par Mireille Disdero

 

Au-delà du Nord, de la glace, de la mort, il y a un royaume, il y a une issue, la seule issue aux milliers d'années de labyrinthe.

Frédéric Nietzsche

Saint Jean-Baptiste, Léonard de Vinci

Publié dans PAROLES, CITATIONS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mi-Mot-Za 17/08/2006 17:48

... Et je me souviens parfaitement de ton texte qui m'a fait rougir (plus que rôsir). J'aimerais que tu me l'envoies (sourire).

Mi-Mot-Zaza 14/08/2006 16:42

 
Oui, Kérouac, aucun doute. C'est toi. Qui d'autre ? Sourire...
En revanche, Nijinski, je l'ai découvert adolescente et Rudolf Noureev dansant et jouant Nijinski... aussi. Ce sont mes étoiles depuis longtemps.
 

Ludo 14/08/2006 16:06

J'ajoute pour avoir le dernier mot que tu reprendras ausitôt, que ce passage de Kéké je l'avais posé sur mon 1er blog en 2004-2005, il s'appellait Lose Yourself Alive, toute une déprogrammation... j'avais aussi écrit sur ce blog un texte sur Prague et toi et moi qui t'avait fait rosir, j'ai pas vu mais tu l'as dit ;))
 
Ludo elephant d'eau qui s'en va vers d'autres jungles avant de saturer ton indigo :)

Ludo 14/08/2006 16:02

C'est moi qui te l'ai cité ce passage de Kéké ma chère Mireille, tu triches,  j'ai peut-être pas son clavier mais sa mémoire - memory babe qu'on le surnommait entre autres - . A l'époque j'y croyais en désespoire de petit chose.
 
Sinon restons les pieds sur terre, nous n'avons pas les moyens, dans tous le sens du terme, de devenir maboule.... quoi ma boule à zéro ?
 
Bisous

Mireille 11/08/2006 07:19

 
Rien qu'un fou, rien qu'un poète !
Nietzsche

Mi 11/08/2006 07:17

 
... Et aussi,
 
Ma folie c'est mon amour envers l'humanité.
Nijinski

Mireille 10/08/2006 20:26

Ludo, un texte à propos de la folie :

Les seuls gens vrais pour moi sont les fous, ceux qui sont fous d'envie de vivre, fous d'envie de parler, d'être sauvés, fous de désir pour tout à la fois, ceux qui ne baillent jamais et qui ne disent jamais de banalités, mais qui brûlent, brûlent, comme des feux d'artifice extraordinaires qui explosent comme des araignées dans les étoiles, et en leur centre on peut voir la lueur bleue qui éclate et tout le monde fait "Waou !" ------ Jack Kerouac. ------ The only people for me are the mad ones, the ones who are mad to live, mad to talk, mad to be saved, desirous of everything at the same time, the ones who never yawn or say a commonplace thing, but burn, burn, burn, like fabulous yellow roman candles exploding like spiders across the stars and in the middle you see the blue centerlight pop and everybody goes "Awww!"


Ludo 10/08/2006 20:01

Nietzsche est devenu fou, on peut dire qu'il avait perdu le nord, comme quoi le nord... wouaaarg

Mi 10/08/2006 13:44

Bonjour Ludo,
Frédéric était tourné vers la civilisation méditerranéenne de la Grèce antique et vers Dionysos "philosophe", ce qui explique sans doute sa symbolique qui tourne le dos au Nord (glace, mort... ). A ne prendre que comme un symbole (Nietzsche pratique l'utilisation des "masques" dans son écriture).
Tu me fais penser à quelque chose, Ludo : me vient l'envie d'écrire un article sur Dionysos et Nietzsche...
A bientôt !
 
 

Ludo 10/08/2006 03:28

Le labyrinthe est ici dans cette banlieue que j'ai choisie froide et anonyme pour trouver ma sortie... et après, après la glace ? j'y reviendrai aux racines profondes de mémoire. Min Nord. Comme toi Mireille tu es de ta Provence. ;) J'y pense depuis dix ans, je panse mes plaies à peine... et la vie s'offre à moi...