TROGLODYTES

Publié le par Mireille Disdero




Comme ceux du Honan, les misérables paysans du Shensi habitent des cavernes qu'ils creusent dans les falaises de terre jaune et poreuse. Leurs champs sont pauvres ; chaque pluie entraîne des terres qui s'en vont combler, très loin de là, le grand fleuve Jaune et provoquent peu à peu ses redoutables changements de lit. Pour réparer le méfait des pluies, les hommes, comme des fourmis, transportent infatigablement de la terre dans des paniers suspendus à leurs balanciers. Plus aucune forêt ne régularise le climat, n'atténue les précipitations ; pour se chauffer, pendant des siècles, les fils de Han ont déboisé : il ne reste plus un arbre.
Cette terre impalpable donne sont caractère le plus marquant au paysage chinois. Elle coule sous l'averse, elle fuit entre les mailles des paniers dans lesquels les paysans la transportent. La notion même d'un roc, d'un caillou, semble ici appartenir à une autre planète.

Ella Maillart, Oasis interdites - Petite Bibliothèque Payot / Voyageurs 2002
"De Pékin au Cachemire
Une femme à travers
l'Asie centrale en 1935"




Publié dans PAROLES, CITATIONS

Commenter cet article

laurent 31/08/2009 10:20

Bonjour Mireille,Tu tapes sur google "Troglodytes village Rochemenier"Tu cliques sur photos et vidéos, il y a 9 photos qui te donnent un aperçu d'un petit village troglo en plaineSi un de ces quatre, tu visites cet endroi en Anjou, tu verras, ça sent bon la fumée...Je me suis renseigné sur l'auteur Suisse, merci pour l'info et bien sûr on trouve aussi Bouvier

Mireille 25/08/2009 10:53

Merci Laurent, pour ce témoignage.En ce qui concerne la Chine, je ne sais pas, je n'y suis pas encore allée. Le texte que je propose ici est éloigné de nous dans l'espace et dans le temps (1935 je crois)... nous vivons dans son futur. D'où la relativité ;o)A vous lire

laurent 20/08/2009 14:03

En Anjou, les plus pittoresques sont celles de plaine pour les habitations troglodytiques (de véritables petites fermes)Je ne sais pas si c'est pareil pour cette province de Chine, ici, à la naissance de chaque enfant, une alcôve s'ajoutait, creusée à la main de l'homme.Le tuffeau est plus facile à travailler que le falun

Mireille 20/08/2009 13:34

Un vrai, oui, Hervé ! Je continue ma lecture d'Ella. C'est un voyage qui va loin et beau, à tous les sens du terme. Merci à toi ! :o)

Hervé 20/08/2009 09:06

Oh, quel beau saphir de texte ! La force de ses mots nous transporte plus sûrement que n'importe quelle agence de voyage, merci Mireille ! ;o)