INDIGO

Publié le par Mireille Disdero

 

Le soleil dort sur la terrasse, avec l'ombre noire du chat, disparu au printemps.


Dans une aquarelle de fraîcheur fossile, je bois un thé vert à la cardamome. La lumière ici ne fait jamais semblant. Elle ramène à la trame, au tissu d'un amour fondu sous les roues du feu. Je l'aime, cette franche lumière qui traduit les feuilles du mûrier dans le langage de mes yeux. J'aime sa lucidité qui révèle la mienne. Sous sa pression, le parasol ne résiste pas à l'envol des images. Je m'agrippe à leur clarté parapente, tandis que l'ombre du chat tente de me garder dans un pré carré. Je m'agrippe et me hisse vers le bleu azurro. Bleu, c'est une pensée qui ne discute qu'avec la lumière intérieure des cités ensablées. Indigo c'est, entre violet et bleu, la couleur disparue des tissus d'occident et ma lampe tempête. Bleu ou l'odeur résine des lavandins dont je cueille des brins dans l'Alpe de Provence, un éclat fugitif d'éternité au creux de ma main, lorsque je me penche pour les respirer. Bleu, Indigo, violet me révèlent le cosmos de ma vie quand, avec les grillons dans les lavandins, je deviens ce qui se lit sans les mots.

Eté 2006

 

A propos de l'indigo, il est écrit  sur Dotapea, Arts plastiques et réalité - un questionnement sur l'art tel qu'il se définit dans les faits  :

http://www.dotapea.com/bleusfroids.htm 

 

Cette couleur (...) est assez particulière, un peu mystérieuse. Le moins que l'on puisse dire est qu'elle a une histoire chargée qui n'est d'ailleurs pas terminée. Elle est encore employée aujourd'hui en Union Indienne comme il y a au moins 2000 ans, mais il y a plus de 1000 ans, son simple nom excitait déjà les imaginations puisque l'on l'usurpait en occident déjà pour désigner une autre substance.

(...)

A l'époque médiévale, l'indigo utilisé pour les miniatures n'est pas la teinture d'origine indienne : il était produit à partir des feuilles d'isatis tinctoria (...)

Certains auteurs évoquent aussi une substance mystérieuse d'un bleu violacé tirée d'un tout aussi mystérieux "folium" ("la feuille", d'un arbre non précisé) qui serait référencé dans des manuscrits médiévaux. Le mystère et les confusions médiévales entourant les bleus violacés provient possiblement du statut inconvenant que l'église d'alors réservait au violet, couleur très proche.

(...) En Égypte, ce sont les Romains qui lui auraient substitué l'indigo "indien".  (...) Cette couleur fut dénigrée, voire crainte par les Latins. Les légions romaines auraient tremblé de peur face aux combattants celtes ou germains qui enduisaient leur peau de teinture de guède. Curieusement, ce bleu aurait été réputé, dans le monde celto-germanique, capable de chasser certains animaux et certains esprits. Cela ressemble à une légende, mais quand on pense à l'importance attribuée à la couleur dans le combat militaire il y a moins de cent ans, la peur bleue des troupes de Rome devient plausible, d'autant plus que d'autres frayeurs chromatiques, en d'autres lieux, sont bien connues des historiens.

(...)

L'indigo est théoriquement un bleu sombre et violacé voire rougeâtre extrait de la fécule des feuilles d'un arbrisseau, l'indigofera tinctoria (famille des légumineuses papillonacées), originaire d'Asie tropicale et acclimatée par la suite sur le nouveau continent. Des variétés proches ont été utilisées dans les zones chaudes et irriguées du continent eurasien.

La teinte produite à partir de ces plantes est en fait variable étant donné le nombre de variétés végétales employées et la diversité des traitements. Il s'agit cependant presque toujours d'un bleu violacé, caractéristique de l'indican.

L'Afrique occidentale présente aussi un rapport particulier avec l'indigo, dans sa mythologie et ses coutumes, comme en atteste notamment l'exemple bien connu des hommes bleus, les Touaregs.

Il est vrai par ailleurs que les hommes en bleu, qu'ils soient de l'Europe celtique, du Sahara ou de l'Indus, semblent avoir inspiré une grande peur chez leurs ennemis, quels qu'ils soient (...).

 

 

Du ciel Venise est un poisson et l'eau devient indigo

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Laurence 21/08/2006 19:35

 
Merci !
Je te transmets ma réponse effectuée sur  http://www.laurencedsm.com/ suite à ton post et ton lien vers ton blog.
_____________
Couleurs ?
°L'une de mes couleurs préférées est le ROUGE, la couleur qui ne porte pas de minerve ; le rouge sourire franc, l'incision dans l'espace, le ballon de l'enfant, le visage empourpré ou encore pris d'assaut par la timidité, mais aussi les yeux brouillés, la tête d'épingle qui sans aucune lassitude et sans sourciller indique : là, la vie, sortie du tube, le sauve-qui-peut des palettes, l'utérus, le mot translucide, la mitrailleuse de coquelicots...
 
Pour faire un clin d'oeil à Bleu Indigo (Nom du blogue* de Mireille disdero), étonnamment, ou de façon singulière, Michel Pastoureau dans - BLEU, histoire d'une couleur - aux éditions Seuil, écrit :
"Au XVe siècle, par exemple, dans la plupart des textes en langue vernaculaire (français, allemand, néerlandais), le mot "écarlate" désigne tantôt tous les draps de luxe, quelle qu'en soit la couleur , tantôt tous les beaux draps de couleur rouge, quelle que soit la teinture employée ; tantôt les seuls draps rouges teints au kermès ; tantôt la matière tinctoriale elle-même, cette fameuse et onéreuse "graine d'écarlate" ; tantôt plus simplement, une belle nuance de rouge. "
* Blogue est la forme francisée du mot blog, qui a été proposé par l'Office québécois de la langue française en octobre 2000
Laurence
°

Mireille 21/08/2006 12:59

 
Bonjour Laurence,
Je suis ravie de croiser tes mots et tes couleurs ici, en Indigo : j'ai beaucoup aimé la Princesse Pétale, et tout ton site dans son ensemble. L'Art, les couleurs et l'écriture : une belle réussite. Et d'ailleurs, je pense que les lecteurs d'Indigo vont aller te visiter, s'ils ne l'ont pas encore fait  !  

Laurence 21/08/2006 02:28

 
Le soleil dort sur la terrasse.... Et s'il rentrait dans la maison :-) ?
Je n'ai pas à cette heure des mots soignés, lissés, des mots d'envol, mais j'observe ici tout ce bleu qui sied aux mains, et te dis merci pour ta ballade élégante au milieu de ma galerie où la "P. Pétale" te souhaite la bienvenue.
Laurence
 
 

Mireille 20/08/2006 21:12

Bonjour Mirkhood,
J'ai un peu visité Artlittera et découvert Venise en images dans votre fil. Bienvenue en Indigo et bel été.

Mirkhood 19/08/2006 21:52

n'ai lu que votre texte pour y trouver de beaux passages. étant dans une période nature, l'été m'y obligeant ?
bonne continuation.

Mireille 17/08/2006 13:13

Bonjour Léah
Oui, et puis aussi à la nuit, on entend les grillons.
C'est bizarre mais leur chant  pour moi rappelle des sensations "d'éternité" : parce que ce chant de la nuit, en été, est directement lié à l'enfance, et qu'enfant, nous sommes encore un peu éternels pour quelques années.
Donne-moi l'adresse de ton espace blog, Léah, je ne l'ai pas...

Léah 17/08/2006 01:18

je deviens ce qui se lit sans les mots.C'est exactement cela, entre le crin crin des cigales et le poisson vénétien...