SOUS LE SIGNE DU SCORPION

Publié le par Mireille Disdero

Dans Carnet de routes du Sahara,

de Hervé GRILLOT


Quand l’homme est exposé au pire, sans pouvoir réagir, Ce peut être le pire qui le sauve, sans pouvoir dire pourquoi...


 

On construit rarement une route là où tout le monde se presse. Par exemple, cette fois-ci, au moins quatre heures de transport sépare le chantier d’un soupçon de civilisation. Qui s’en inquiéterait ? Personne !

Tout notre beau monde continue à déplacer les cailloux pour y mettre un semblant d’ordre humain.

C’est d’ailleurs en soulevant une pierre que l’homme se fait piquer par le scorpion.

Une heure plus tard, c’est dire beaucoup trop tard, ils sont trois ou quatre à me présenter le blessé. Je suis le chef, sais faire une route, donc je dois savoir le sauver aussi...

L’homme est blanc de peur, moi, livide d’incapacité.

- C’est bon, je vais te sauver ( l’important est, au pire, de le rassurer pour ses derniers instants).

N’ayant rien qui ressemble à un bloc opératoire et encore moins à une trousse de pharmacie adéquate, je conseille au doigt mordu de piquer une tête dans un fût de gas-oil ! Ensuite, ordre sentencieux est donné à l’ouvrier d’aller s’allonger dans sa guitoune jusqu’au lendemain : son dernier repos ?

Je ne sais s’il a pu dormir, moi pas. Le lendemain, j’arrive perplexe. Les mêmes m’attendent avec des paroles de respect. Il parait que mon remède, renforcé d’un chapelet de prières au Miséricordieux, ont sauvé le moribond.

Je suis bien le seul à penser le contraire !

Mais il est des instants fragiles où l’on doit laisser planer le doute comme le papillon dans l’azur.

 

Hervé GRILLOT

 

A lire sur le site : http://www.hervegrillot.info/

 

Le Sahara, Mauritanie

 

Commenter cet article

Mireille 29/08/2006 01:32

Bonjour Hervé,
En réalité je ne me souviens plus exactement du moment où j'ai pris cette photo-rivière de sable, à Chinguetti : plutôt le soir... (en cherchant la ville ensablée...). Cette ville qui lutte contre le sable, encore.
Le mois ? Février.
En revanche, votre texte se passe au très sud du Maroc...
Merci de venir partager vos mots en voyage. A bientôt !

Hervé G. 28/08/2006 22:39

Ah le Sahara !
Même mal connue, je crois que la Mauritanie est une des plus belles... rivières de sable du Sahara.
Votre photo et ses couleurs... fin de journée ou aurore ?
Merci pour ces traces éphémères
 
Hervé G.