OMBRES CHINOISES

Publié le par Mireille Disdero




Je pédale, c’est la nuit
Le long de l’avenue les réverbères se jouent de moi
Tantôt mon ombre file devant
Tantôt elle disparaît sous les roues du vélo
C’est une course joyeuse, sans fin
Insouciante et enfantine
Alors, là, en pleines chinoiseries d’ombres
Je funambule sur le fil de la nuit


H. Grillot


Publié dans POETES, ECRIVAINS...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mireille 08/10/2009 22:53


En quelques mots, vous l'avez compris, Laurent, j'aime ce texte d'Hervé Grillot !


Mireille 05/10/2009 23:09


Bonjour Laurent

mon regard sur ce texte commence avec le choix que j'ai fait de le publier sur Bleu indigo. C'est un texte vibrant, qui en peu de mots nous fait entrer dans un univers. Il y a de l'enfance, de
cette joie complètement indomptable et de tout ce qui roule et roule... mais sans nous rouler.

On sent bien les ombres chinoises partir en live sur le fil de la nuit...


laurent 05/10/2009 23:02


J'aimerai votre regard sur ce texte d'Hervé Grillot,
Un jour de plus ou un jour sans (sourire)
Qu'est-ce qu'il est bon ce texte!