AU SOLEIL DES IGUANES

Publié le par Mireille Disdero

 

Autoroute du littoral, Marseille

 

 

Calmement, comme en voyage, fermer son sac. Laisser l'inventaire à quai. Des milliers de mains, leur pleine peau au toucher noir, gris, carmin, ultra-violet. Comme une boule de nerfs, électriser ses pensées fauves.

Avant tout, être une femme aux images inaliénables. Les yeux imbibés de lumière. Et au soleil des iguanes, frémir du contact soudain.

Apprivoiser le corps sauvage. Aimer descendre au fond de nos tissus de peau et, renversée dans une tasse de soleil que tu bois, ouvrir les bras... aux nuages... là-bas.

 

Mireille Disdero

 

 

Commenter cet article