HANOÏ, VIÊT-NAM

Publié le par Mireille Disdero

 

Dimanche 10 juin, aéroport de Hanoï (Viêt-Nam), le soir.

Après quelques jours à Hanoï, je rentre en Thaïlande. Le vol pour Bangkok a un peu de retard. J’ai acheté des chocolats mais ils ne sont pas pour moi. Un cadeau. J’attends en lisant le dernier Levison avec sa couverture jaune et, dans les lignes, un destin sombre comme je les aime. A côté, des bonzes au crâne lisse et mat portent les couleurs éblouissantes de Bouddha. Assis tranquillement, ils attendent leur avion comme tout le monde, en bavardant. Le contraste me saisit et me bouleverse quand je commence à observer celui qui est à côté de moi : Adidas aux pieds, chaussettes Nike, montre de plongée mais aussi… un regard moderne et scrutateur qui se préoccupe plus de ce qui se passe autour de lui que de méditation. Là tout à coup je me dis que j’ai beaucoup à apprendre du bouddhisme. Avec ma cervelle d’occidentale, pendant tout ce temps je n’y ai rien compris car ces bonzes nouvelle génération me surprennent plus que les deux filles qui s’épouillent dans la rue, assises sur de petits tabourets en plastique bleu. Ils me surprennent plus encore que les gens qui viennent de partout sur le trottoir pour regarder ensemble la télé, dans ce petit restaurant où on déjeune sous le ventilateur poussif et bruyant. Quand le petit écran est remplacé par la radio qui diffuse une musique d’Asie si douce qu’on la dirait créée pour Bouddha, j’en reviens à mes bonzes de l’aéroport. Y penser me fait du bien. Alors, je griffonne sur un petit carnet les quelques mots que vous lisez maintenant.

Mireille Disdero

Hanoi-Herve-242.JPG


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mireille 21/06/2012 16:02


Bonjour à toi, et merci de passer et de laisser un message.


L'évolution... Oui


Il n'y a de permanent que le changement, l'impermanence... ;o)

Quichottine 19/06/2012 20:33


Tout change, tout évolue... Mais espérons qu'l y aura toujours quelqu'un qui sortira un petit carnet pour écrire ses pensées.


Merci, Mireille.


Passe une douce soirée.

Mireille 19/06/2012 12:05


Bonjour Jean-Luc,


Oui c'est ça, l'étonnement et les yeux qui s'ouvrent plus grand, les oreilles qui se multiplient ;o)

cão 17/06/2012 18:39


l'étonnement,


la fenêtre d'un instable présent