INVENTAIRE A PORTO

Publié le par Mireille Disdero

 

Portugal (Porto) en mai - Terrasse d’un petit restaurant.



Contraste des parasols rouge et blanc « Super Bock », penchés mais plantés dans un sol de lattes. Cannette coca cola abandonnée. Ray Ban classe sociale déterminée. Inscription WC bleu sur blanc éblouissant et ciel comme transparent.

Droit devant, un couple enlacé-café-serré, chapeaux de paille en plastique et belles adolescentes armées de breloques et nippes griffées chez personne, style zéro, effet retard, choc de la beauté malgré la banalité… Suprématie de la jeunesse absolue. Après, deux brésiliens (on dirait), couleur de cuir chaude et rouflaquettes décorant le visage comme un art de la rue, sable qui vole, s’incruste, lave les cheveux de toute humidité. Encore quelques verres à eau, pour maintenir une nappe en papier gaufré qui rêve de s’échapper sous le vent, puis lumière qui mange l’ombre pendant qu’on déjeune en plein air.

Droit devant il est là, roulant sa bosse de vagues qui se chevauchent et nous embrument de leurs parfums d’iode et de sel tirés d’une bouteille des dieux. Il est là avec ses bleus, ses verts aux variations hurlant le mouvement, la houle, le peut-être et le sûrement, borderline un jour, une nuit, bientôt. L’océan. Énorme devant notre univers de poche, de plastique et de pelles à sable.
Profond, inquiétant, il est là avec le soleil qui dessine ton ombre claire, penchée vers ma main… sur la page.

 

Mireille D.

 

4567184806_6f26ca1a6f.jpg

Commenter cet article

Mireille 13/06/2010 20:47



C'est toujours déroutant, il y a des codes, des habitudes... mais surtout l'océan et le sable. A l'écoute, on ne peut qu'être troublé. Merci Jean-Luc :o)



cão 12/06/2010 12:35



C'est dur et difficile la plage.


Mais ce texte, écrit de l'abri, révèle la lucidité de l'auteure. C'est rassurant et d'autant plus agréable. Merci.



gmc 08/06/2010 16:27



SALON DE BEAUTE





Pourquoi faut-il
Sauver les mondes objectifs
Virtuosité de rêves
Qui se projette
Sur la grève des virtualités

L'amour se suffit à lui-même
Sans nul besoin
D'un imaginaire autre
Pour brûler doucement
Dans les décombres

Je peins des épouvantails
Que peignent les oiseaux
Du vent et de la mer
Saveurs et arômes
De la liberté d'expression


GMC






ano 08/06/2010 16:20



Time is an Ocean !