LA NUIT HANOI

Publié le par Mireille Disdero

 

 

Dans les ruelles la chaleur ne se démonte pas

travaille au corps ceux qui marchent la nuit

tandis que des chiens allongés dans leur cage

attendent un couperet, le festin.

Des étrangers suivant le flot à contresens

les abandonnent, leurs pensées formant un fleuve

qui envahit les jambes de la femme

ses yeux mi-clos, le corps tiède, un bonbon

fondant sous la chaleur, lentement.

 

Mireille Disdero, Hanoï juin 2012

 

P1110819.JPG

Commenter cet article

Mireille 05/09/2012 08:52


Ce sont des impressions, en déambulant dans la ville, le soir puis la nuit. A bientôt !

Quichottine 15/07/2012 23:45


J'hésite...


Peut-être n'ai-je pas tout compris.


Je reviendrai.