LE CHEMIN...

Publié le par Mireille Disdero

 

 

Dans les pièces, des odeurs fades de fleurs cannibales. Des mouchoirs en papier. Salons en enfilades. Organisation tentaculaire à laquelle on ne peut échapper. Dans les allées, des crissements de pas comme des grillons atrophiés. Dans la tête, un raz-de-marée qui crève la dalle du manque, de l’absence, du sourire perdu et de la voix éteinte, bouffée par la poussière puis le camphre. Et partout, dans ce chagrin qui prend son temps, bataille de boules de soleil et chaleur morte ont rongé notre cœur jusqu’à l’os des larmes. Juin. Tu étais tout près. Paisible et souriante. En souffrance mais en chemin. Tu étais pleine de courage pour affronter le silence. Je me souviens de cette petite robe aux couleurs trop douces, dans laquelle tu es partie toujours. Je cherche tes mains qui n’avaient jamais pris de vacances. Oh… pleurer comme on existe. Chercher une fleur, sentir l’odeur de la vie roder autour et la poser sur ta tombe fraîche, maman.

 

Mireille D.

 

 

2761000522_c906dd448f.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mireille 22/08/2011 23:54



Merci pour ta présence et ton attention, Xavier.


De la mort, Christiane Singer disait... "La mort ne nous enlèvera que ce que nous avons voulu posséder. Le reste, elle n'a pas de prise sur le reste. Et c'est dans ce dépouillement progressif, se
crée une liberté immense, et un espace agrandi, exactement ce qu'on n'avait pas soupçonné"


 



Xavier Lainé 22/08/2011 07:03



Certains chemins mènent trop haut: impossible de suivre celle qui l'emprunte. ne reste alors que le tendre souvenir, et le petit serrement de coeur à l'évocation des mains et de la vie.


De tout coeur avec toi.



Mireille 19/08/2011 13:44



Merci d'aimer, Marlou...



Mireille 18/08/2011 20:00



Oh oui, Hervé, les mains sont là, intactes, avec tout ce qu'elles ont construit, bâti, rassuré, aimé... Ces mains de maman.


Merci pour... et pour.


Avec toi, aussi.



marlou 18/08/2011 19:31



Une prose étincelante dont l'émotion est la rosée...Que j'aime !



Hervé 18/08/2011 06:59



Des mains, oui, fines et croisées, rappelant tout, quand le regard a fui.


Avec toi, Mireille !