Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

LE TRAIN - REVUE CABARET PRINTEMPS 2017

Publié le par Mireille Disdero

Sortie le 21 mars du #21 de la revue Cabaret "Le train" 
 
 

 

 
Avec; Claire Ceira, Laurence Chaudouët, Hélène Duc,
Claire Kalfon, Marilyse Leroux, Céline Maltère, Lydia
Padellec guest : Evelyne Charasse, Nicolas Grenier ;
chorégraphie : Jany Pineau
 
 
Point de vente
Libraire 2B -  59 rue Centrale 71800 La Clayette
Sur Amazon

Abonnement
10 € pour 4 numéros par an.
Formulaire en pièce jointe à imprimer ou à reproduire sur papier libre.

 
Beau printemps pour tous
 
A bientôt
 
Cordialement
 
Alain Crozier
 
Le Petit Rameur & Revue Cabaret

31 rue Lamartine - 71800 La Clayette - France

www.revuecabaret.com - www.petitrameur.com

Partager cet article

Repost 0

NOUVELLES CHRONIQUES DE "ORIENT EXTRÊME" !

Publié le par Mireille Disdero

** le 16 mars 2017, sur Parolimage Dado, Niurka (libraire, chroniqueuse) écrit :

Orient extrême, Mireille Disdero, nouvelles - Le Muscadier Rester vivant.

Il y a les vies et il y a la manière de les décrire. C’est d’une façon à la fois sobre, efficace et personnelle que Mireille Disdero nous dit le monde que le touriste de passage ne veut pas voir, vivant son voyage fantasmé entre confort  et folklore frelaté.

 Cinq nouvelles, certaines très courtes, évoquent une jeunesse malmenée par la vie. C’est le Cas de Sinoun, vendue à un recruteur pour servir de domestique en Malaisie. C’est le cas des très jeunes prostituées du « Cratère ». Ainsi nous portons notre regard sur le Vietnam, le Cambodgen l'Indonésie et la Thaïlande. Triste voyage.

Mais le regard emphatique de l’auteur ne sombre jamais dans un misérabilisme larmoyant car l’énergie de certains de ces anti-héros et de ces anti-héroïnes permet de penser que la vie prendra, un jour,  un sens pour ces damnés de la terre.

Un style incisif, mordant, très visuel donne à ces tranches de vie une réalité dont on garde les images une fois le livre refermé. Pas facile de traiter le sujet avec une certaine élégance. C’est chose faite.

Vivement conseillé pour tous, à partir de 13 ans

** Le 14 mars, Fanny Vandermeersch (auteur et professeur), Chronique Orient extrême dans Les Billets de Fanny :

Orient extrême est un recueil composé de cinq nouvelles, qui se font échos. Un point commun s’en dégage rapidement : la puissance de mots et de textes.

Le livre s’ouvre sur la nouvelle « l’infiniment petit ».  Une nouvelle très courte (2 phrases, 4 lignes) mais déjà puissante, qui nous emmène au Vietnam. Pour vous donner une idée :

« L’ombre et la tiédeur se faufilent entre les murs.

Deux fillettes assises dans la rue, les cheveux mouillés, sombres et brillants, jouent à la coiffeuse, cherchent la petite bête et l’écrasent entre deux doigts ».

Puis, c’est autour du Cambodge avec « Do you want a cup of tea » ? J’ai adoré cette nouvelle, la plus longue de toutes, et certainement ma préférée. Deux sœurs, Sinoun et Sinath. Sinoun a été achetée en échange d’un sac de riz, d’un peu d’argent, et d’un téléphone portable made in china. Elle a été envoyée en Malaisie pour un soi-disant travail de domestique, le nom correct donné à l’esclavage.Un jour, elle a craqué et est revenue, complètement changée. Elle ne prononce plus qu’une seule phrase « do you want a cup of tea ? » et a été vue dansant nue sur la place du marcher, invitant les hommes à la suivre dans les rizières. Depuis, elle vit dans une cabane au fond du jardin. Son père la voit comme la honte de la famille, les autres comme la cause de tous les malheurs. Pourtant, elle ne fait que reproduire, sans pouvoir s’arrêter, le comportement qu’on l’a obligée à adopter en Malaisie. Que lui est-il réellement arrivé là-bas ? Pourra-t-elle redevenir la jeune fille qu’elle était avant ?

Après le Vietnam, la troisième nouvelle nous emmène en Indonésie : une nouvelle surprenante et glaçante, « Ruelles obscures ».

« Dans le cratère » nous envoie en Indonésie, à Bali. Notre narrateur a 18 ans, il est revenu seul avec son sac à dos à la recherche d’une jeune fille qu’il a croisé un mois plutôt, quand il était venu avec ses parents « Une enfant. Intouchable. Mais tous pouvaient la toucher moyennant quelques pièces« . Peut-il encore la sauver ?

Enfin, le recueil se clôt sur une nouvelle courte « Chienne de vie ». Un joli texte qui permet de terminer sur une note d’optimisme.

En résumé : Cinq nouvelles réussies, une écriture parfaitement maitrisée, percutante, aux mots puissants. Un livre à découvrir.

Retrouvez Orient extrême sur le site de la maison d’édition Le Muscadier, collection « Rester vivant » !

***

Merci aux lectrices et chroniqueuses !

Mireille

Publié dans NOTES DE LECTURE

Partager cet article

Repost 0

THÈME L'AFRIQUE - REVUE CAIRNS 20, PRINTEMPS DES POETES

Publié le par Mireille Disdero

THÈME L'AFRIQUE - REVUE CAIRNS 20, PRINTEMPS DES POETES

Des textes sur l'Afrique, dans ce numéro de la revue Cairns, dont le mien, Mauritanie... que je lirai au cours de la soirée du printemps des poètes à La Table d'Estève.

Mauritanie

Tu m’écris de Chinguetti ou d’Atar, avec les mouches sur ton étal écrasé par le soleil. À bord de l’été à perpétuité tu as faim. Dans le pain qui a cuit pendant la tempête, tu sens des grains craquer sous la dent. Alors tu sais, tu manges ta terre.

Tu m’écris la langue sèche. L’herbe des femmes ne te soigne plus, même à l’ombre des corps rompus comme des pains que la guerre et l’Harmattan ont emportés.

Tu m’écris la table des souvenirs. Dessus, ton sac avec le pain de sucre, les allumettes et le réchaud pour les 3 thés que tu bois sans histoire, comme les 3 seuils de la vie.

Tu m’écris la famille-racine, esclave des Maures blancs, l’indigo décoloré sur les poignets. Tu te souviens du père et de ses livres-trésors, de l’instituteur au sud, en descendant vers le fleuve Sénégal, vers la fin du désert, l’oubli du pain de sable et le commencement d’une histoire qui se répète. Alors tu sais, tu mangeras ta terre.

Mireille Disdero

Partager cet article

Repost 0

REVUE CABARET - L'ECRITURE LA VIE

Publié le par Mireille Disdero

REVUE CABARET - L'ECRITURE LA VIE

Reçus ! La revue Cabaret du printemps 2017 et le recueil de Valérie Canat de Chizy "L'écriture la vie" publié aux éditions du Petit Rameur. Merci à Alain Crozier, et à Valérie dont j'aime l'écriture la vie !

Partager cet article

Repost 0

STREETS (LOUFOQUERIES CITADINES)

Publié le par Mireille Disdero

Eric Dejaeger nous informe

Mon nouveau recueil de poèmes STREETS (Loufoqueries citadines), illustré par Jean-Paul Verstraeten, doit paraître fin mars aux éditions Gros Textes, mon dixième titre chez cet éditeur. Il propose 99 textes très courts parlant des rues imaginaires d’une ville qui n’existe pas.

ISBN : 978-2-35082-330-0

112 pages au format 14 x 21,

Pour la France : 10 € (+ 2 € de port – port compris à partir de l’achat de 2 exemplaires)

Commande à

Gros Textes, Fontfourane 05380 Châteauroux-les-Alpes (Chèques à l’ordre de Gros Textes)

gros.textes@laposte.net

Pour la Belgique : 12 € port compris. Contactez-moi : ericdejaeger@yahoo.fr

Partager cet article

Repost 0

GROS TEXTES - PARUTIONS

Publié le par Mireille Disdero

Patrice Maltaverne nous informe

 

Bonjour à tous

Je vous annonce la publication annoncée de « Débile aux trois quarts » chez Gros Textes, à commander auprès de l’éditeur.

Gros Textes va également faire paraître dans la foulée des livres de Cathy Garcia, Christian Bulting, Perrin Langda, Stéphane Beau, Eric Dejager, Roger Lahu, Pierre Tilman…

 

Plus de précisions en suivant le lien ci-après : https://sites.google.com/site/grostextes/

 

Amicalement

Patrice Maltaverne

et l’association Le Citron Gare

http://traction-brabant.blogspot.fr/

http://poesiechroniquetamalle.blogspot.fr/

http://cestvousparcequecestbien.blogspot.fr/

 

 
 

Partager cet article

Repost 0

DEUX CAUSEURS NOCTURNES, PIERRE MIRALLES ET GILLES PALAU

Publié le par Mireille Disdero

DEUX CAUSEURS NOCTURNES, PIERRE MIRALLES ET GILLES PALAU

Pierre Mirallès et Gilles Palau ont le plaisir de vous inviter à

 

une lecture publique suivie d'une causerie

Vendredi 24 mars à 18h30

à la brasserie Le Dôme

 

2 av. Georges Clemenceau - Montpellier

Partager cet article

Repost 0

LE PRINTEMPS DES POÈTES 2017, L'AFRIQUE A SAINT-ESTEVE-JANSON

Publié le par Mireille Disdero

Le vendredi 17 mars à 19 heures, venez à la Table d'Estève,

dans le village de Saint-Estève-Janson (3 rue du lavoir 13610).

Il y sera question de poésie et d'Afrique, thème du printemps des poètes, cette année.

Rencontre avec Mireille Disdero et La Boucherie Littéraire, dans le cadre du printemps des poètes :

lecture et conversation, mais aussi repas et échanges !

A bientôt. 

LE PRINTEMPS DES POÈTES 2017, L'AFRIQUE A SAINT-ESTEVE-JANSON
LE PRINTEMPS DES POÈTES 2017, L'AFRIQUE A SAINT-ESTEVE-JANSON

Partager cet article

Repost 0

ORIENT EXTRÊME : 2 NOUVELLES CHRONIQUES DE LECTURE !

Publié le par Mireille Disdero

"Orient extrême", deux nouvelles chroniques de lecture !

Merci aux lecteurs/chroniqueurs qui font connaitre et aimer les livres :

** Le 28 février, sur le site Mes Madeleines, on peut lire la chronique de Shangrila :

"Orient extrême". Textes dénonçant l’objectivation du corps des jeunes (filles principalement)

5 nouvelles

  1. L’infiniment petit (Vietnam) : un haïku sur la force et la faiblesse
  2. Do you want a cup of tea ? (Cambodge) : Sinoun, 17 ans, la soeur jumelle de Sinath, est bannie du village. Pourquoi ? Boran, l’homme qu’elle aime, la sauvera-t-il, y compris d’elle-même ?
  3. Ruelles obscures (Indonésie) : texte court sur la prostitution enfantine et le tourisme sexuel
  4. Dans le cratère (Indonésie) : Un adolescent, bac en poche, retourne à Bali, lieu de ses dernières vacances en famille. Parviendra-t-il à sauver celle qui lui a ouvert les yeux ?
  5. Chienne de vie (Thaïlande) : Texte de sagesse sur un enfant et un chien

Mon avis : “Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux. ” Marcel Proust

 C’est ce qui se passe dans ces nouvelles : tous veulent s’en sortir, tous n’y arriveront pas. La main tendue, quelquefois arrive trop tard ou elle est reprise sans véritable conscience des dégâts occasionnés … A nous d’ouvrir les yeux, de rester vigilant et d’en parler !
Les textes se répondent, d’un extrême à l’autre (le bout du monde, le début de la vie, …), d’une violence physique à une violence morale ….
  • L’infiniment petit et Chienne de vie
  • Do you want a cup of teaRuelles obscures et Dans le cratère

traçant un chemin sinueux vers la condition des enfants dont la vie

  • n’est pas plus facile que celles des adultes auxquels ils demeurent soumis
  • est toute aussi injuste (conséquences du génocide Khmers Rouges, esclavage moderne) que celle des « grandes personnes »

Une pépite ! Une merveille !

Shangrila

** Le 26 février, Patrick Joquel (écrivain, poète, chroniqueur) chronique Orient extrême ICI

Cinq nouvelles, dont deux longues. En Asie. L’auteur qui termine un séjour de plusieurs années en Thaïlande, y aborde avec délicatesse la vie de quelques adolescentes, adolescents en Asie du Sud Est. Le travail ou l’esclavage moderne, la prostitution… Le choc culturel également apparaît avec la découverte par un jeune homme parisien, étudiant en médecine, de l’envers du décor touristico paradisiaque.

Des textes précis, efficaces et directs qui savent rester loin des bons sentiments mièvres.

J’espère que dans ses valises d’autres manuscrits témoins de son séjour, attendent d’éclore.

Un livre qui ouvrira les horizons tant géographiques qu’humains des lecteurs dès le cycle trois et au-delà. Un livre à installer en bonne place dans les bcd des écoles primaires et les cdi des collèges et lycées. 

Patrick Joquel

L'EDITEUR

Partager cet article

Repost 0

D'OMBRES CATHY GARCIA

Publié le par Mireille Disdero

Poèmes écrits entre 1990 - 2013  avec huit illustrations originales de l'auteur

Poèmes écrits entre 1990 - 2013 avec huit illustrations originales de l'auteur

j'ai fixé le plafond où pendant longtemps,
des ombres m'ont fait des grimaces...


in Journal 1997

 

petites fictions qui parlent de mort, drame, tristesse, solitude 
une façon paradoxale de faire la nique à 

 la camarde à cheval un de Troie
la camarde à midi tend ses bras
la camarde remonte ses bas
viendra cette nuit tirer sur ton drap


soigner le noir par le noir
mettre des mots là où il ne faut pas
narguer la peur 

*

Édité et imprimé par l’auteur

Sur papier 100gr calcaire
Couverture 250 gr calcaire
100 % recyclé

Dépôt légal : mars 2017


à commander directement chez l'auteur (et merci !) :  mc.gc@orange.fr

10 €  ( + 2 € pour le port)

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>