Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

FELIX LECLERC

Publié le par Mireille Disdero



Information... Pour ceux qui peuvent se rendre le 30 septembre 2008... de l'autre côté de l'océan, au Largo, 643 rue St-Joseph Est, à Québec (détails ci-dessous et précisions sur demande à Joël CONTE : joel.f.conte@wanadoo.fr ).

Pour vous procurer l'ouvrage en hommage à Félix Leclerc (réalisé dans une collaboration franco-québécoise) adressez-vous également à Joël Conte.

Partager cet article

Repost 0

LA MEUTE DE POMPEI

Publié le par Mireille Disdero






C’était un soir de septembre. Le camping-car tournait au ralenti aux abords des ruines de Pompéi.


Les habitants du véhicule, un adulte et deux enfants, auraient aimé pénétrer dans l’enceinte mais il était trop tard pour aujourd’hui.

L’homme conduisait avec des lunettes de soleil la nuit comme le jour. Les enfants à l’arrière, guettaient attentivement ce qui pourrait arriver. Ces ruines peuplées de vieilles vies carbonisées exhalaient un parfum de terre, de thym et de menthe poivrée. La nuit les odeurs sont plus troublantes, chacun le sentait.

Soudain, un couple de chiens faméliques a commencé à les escorter comme une garde rapprochée. Au fur et à mesure, d’autres se sont joints à eux et ce fut bientôt une véritable foule silencieuse et compacte. Régulièrement, le chef de meute allait gronder un individu à pattes qui osait un aboiement autour des pneus du camping-car. Des lois mystérieuses et ataviques régissaient leurs agissements. La mort depuis les siècles se délitait patiemment ici. Les chiens psychopompes le savaient.

Enfin, l’engin s’immobilisa devant l’entrée de la ville antique. Le sommeil gagna les enfants. Ils se réveillèrent bien plus tard, quand le soleil revint lécher les collines. Ils remarquèrent aussitôt l’absence de l’adulte qui les avait conduits. On le chercha jusqu’à ce qu’on comprit que dans la nuit, il avait dû sortir puis suivre la meute de chiens.

On a retrouvé ses lunettes de soleil et quelques lambeaux de chemise entre les ruines, sur une branche de romarin.


Mireille D.



Partager cet article

Repost 0

LE PAYS DES SAGES APALANTS

Publié le par Mireille Disdero



Littérature jeunesse - Voyages imaginaires - Eloge de la lenteur.




Voilà ce que nous dit ce très bel album écrit par Marie-Sabine Roger et illustré par Bruno Pilorget (Sarbacane 2008).

 Le pays des sages Apalants est le plus beau. Grand-père y fait escale un jour avec son dromadociphère. Il y découvre un peuple pacifique qui se nourrit de miettes de temps perdu. Grand-père apprend un autre rythme de vie, apaisant. Il revient des années après, riche de ce que lui a enseigné son voyage.

Ce bel album initiatique illustre, sur le thème du voyage imaginaire et intérieur, la rencontre avec l'autre, l'importance du temps qu'on prend sans le perdre, un art de vivre et d'être au monde. L'écriture, poétique, y est travaillée par l'harmonie des sonorités, rimes et assonances. Parfaitement fluide, le style ajoute aux paysages et décors de rouges, ocre, ivoire une touche aérienne. Les traits fins et apaisés des personnages semblent tirés d'un carnet de voyage idéal. A partir de 6/7 ans.

N'hésitez pas, lisez-le, même si vous n'avez plus sept ans, offrez-le autour de vous, aux grands, aux petits... Ce très bel album porte un message important.

Mireille D.

Publié dans NOTES DE LECTURE

Partager cet article

Repost 0

LA COMPAGNIE ROYAL DE LUXE - ART DE LA RUE

Publié le par Mireille Disdero


... La compagnie de théâtre de rue est à Salon de Provence depuis le 27 août, place Morgan. Autant dire que ça déménage ! Une troupe chilienne, la Gran Reyneta, dirigée par Jen-Luc Courcoult, y joue, y chante, y danse, y fait exploser Le cauchemar de Toni Travolta.


Partager cet article

Repost 0

REVUE LE GROGNARD N°7

Publié le par Mireille Disdero



Le N°7 (septembre 2008) de la revue LE GROGNARD est disponible.
 
Le Grognard n°7L'exemplaire est à 7 € (frais de port inclus) La commande est à passer auprès des éditions du Petit Pavé : par mail : editions@petitpave.fr  ou par courrier : Éditions du Petit Pavé - Boîte Postale 17 - 49320 Brissac-Quincé - FRANCE
 
AU SOMMAIRE DU N°7

- Denis Grozdanovitch : L'Ambiguïté et la puissance du rêve chez Anton Pavlovitch
- Mitchell Abidor : American rebels - Jerry Farber : "Les étudiants sont des nègres"
- Guyseika : La vérité est là (poème)
- Champfleury (1821-1889) : De la fausse science et de la prétendue ignorance
- Sébastien Clivillé : Le Philosophe n'a pas dit (poème)
- Aglaé Vadet : Transgression
- Stéphane Beau : Contingences 9
- Denis Vernier : De la philosophie
- Ygor Yanka : La Pornographie ou l'oeil crevé
- C6fran : Le Zazou de Zanzibar
- Thomas Vinau : La Honte
- Stéphane Prat : Le Cabaret de la dernière chance : Tabou à Falésa
- Jean-François Besançon, Stéphane Beau : Du côté des livres

 
Quelques pages de ce n°7 sont lisibles en PDFsur le site du Grognard

link
 
 
Pour connaître les conditions d'abonnement ou d'adhésion à l'Association LE GROGNARD, ou pour proposer un texte il suffit d'envoyer un mail à l'adresse suivante : revue.le.grognard@gmail.com .
 
 
Stéphane Beau

Site de la revue : link
Blog de la revue : link

Partager cet article

Repost 0

AUX CHEVEUX CHÂTAINS QUI CHUTENT

Publié le par Mireille Disdero

q
u
i

c
h
u
t
e
n
t



… Un peu d’air brûlé traverse la moustiquaire
Des grillons cachés vont prendre le relai

Alors, le soir est à l’introspection
Aux cheveux châtains qui chutent sur les yeux
Sombres soleils de noisetiers, marrons du feu

Alors, la nuit écrivain trace ses tatouages de baisers sur la peau
Lentement, une nuit blanchit pour un sommeil à l’aire de repos

Alors, mousse et bulles débordent du jacuzzi
D’un lit de ciel
Puis s’échappent par la fenêtre
Colonisant un mur encore imbibé de soleil

Alors, peu importe les hirondelles sur un fil
C’est l’été for ever, un peu d’air brûlé traverse la moustiquaire.


Mireille D.
Juillet / août 2008



Partager cet article

Repost 0

N POUR M

Publié le par Mireille Disdero


Fin août, la rentrée approche pour les profs comme pour les autres. Eux aussi stressent un peu. Tous préparent leur trousse, leurs stylos et autres outils de première nécessité. Je les M bien car je les connais puis aussi, j'ai enseigné le Français pendant un certain temps... alors les histoires de profs, ça me travaille un peu. Il m'arrive même d'écrire des textes où je les mets en scène.

Sur le site Sistoeurs, l'un de mes préférés, vous pouvez lire les (courtes) mésaventures d'une prof de math. A cette adresse :

link

Je sais qu’en venant au collège, dans sa voiture noire parfumée au jasmin de synthèse, elle écoute Mother Rose, de Patti Smith. Je devine qu’elle fume dans la rue sa dernière blonde avant d’écraser nerveusement le paquet entre ses doigts. (Lire la suite sur Sistoeurs link)

Partager cet article

Repost 0

LE PAPILLON D'IGHIL BOUAMMAS

Publié le par Mireille Disdero



Raconte Art, cinquième édition

Le papillon d'Ighil Bouammas

396/280

Un festival qui se pose chaque année dans un village de Kabylie invitant habitants et visiteurs à vivre des choses aussi simples que le partage, la solidarité et la découverte de l’autre. Raconte Art était cet été 2008 à Iguil Bouammas, le village de Aït Menguellet.

Par Keltoum Staali
Raconte Art commence et finit toujours par des émotions. Dès notre arrivée à l'aéroport d'Alger, en ce début juillet 2008, le ton est donné : le festival, qui en est à sa cinquième édition, risque d'être annulé pour des raisons de sécurité. Il semble que des opérations militaires soient en cours dans la région d'Ighil Bouammas où nous devons nous rendre. C'est un peu confus mais les nouvelles semblent alarmantes. Claude, l'amie française que j'ai entraînée dans l'aventure, me regarde sans comprendre. Moi, j'ai les yeux rivés sur Denis Martinez, portable à l'oreille, dont le visage se décompose. Nous sommes atterrés. Un an que nous attendons ce moment ! Mohamed, l'ami chauffeur de taxi, prend nos bagages et nous voilà partis : direction Tizi Ouzou, en attendant mieux. La circulation est plutôt fluide, de chaque côté de la route, des cageots de fruits de saison témoignent d'une année abondamment arrosée.
(...)
Pour lire la suite de l'article de Keltoum Staali :
link

Publié dans ARTICLES

Partager cet article

Repost 0

RIO VERO

Publié le par Mireille Disdero

 

 

Chaleur encore jeune. Pierres en habit de lumière. Sentier qui dévale dans des gorges où le figuier colonise les bancs de terre... Friches d’été aux fruits mûrs de ronciers. Roches qui se répondent de paroi en paroi et de souvenirs en avenirs. Houx sauvages, micocouliers, terre engrossée à l’odeur d’eau brûlée. Puis soudain, une grille de fer au dessus du vide de l’eau bleue, verte et transparente…

 

Sous le silence assourdissant du soleil, nos désirs d’abandon vont en nage dans le Rio. 13 heures et la marche reprend. Un vieil homme pousse sa brouette vers la fontaine. Il salue et serre la main des Français. Dans sa paume, la fraîcheur troglodyte d’une maison de roches.


 

Mireille D.

Partager cet article

Repost 0

MICHEL ONFRAY

Publié le par Mireille Disdero

Partager cet article

Repost 0