Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

74 articles avec articles

VOYAGE EN ASIE DU SUD-EST - EDITIONS LE MUSCADIER 2017

Publié le par Mireille Disdero

Parution, février 2017

Parution, février 2017

Les éditions du Muscadier parlent d'un article de La Provence du 8 janvier 2017, A LIRE ICI sur le site.

 

Publié dans ARTICLES

Partager cet article

Repost 0

2017 ! VŒUX, CA CONTINUE...

Publié le par Mireille Disdero

Editions L’Élan vert

Editions L’Élan vert

Editions Marmaille & compagnie

Editions Marmaille & compagnie

Publié dans ARTICLES

Partager cet article

Repost 0

FOCUS SUR LES EDITIONS LE MUSCADIER SUR PARFUMS DE LIVRES

Publié le par Mireille Disdero

Sur Parfums de livres, Thalie écrit...

 
 
 
Voilà bien longtemps que je n'avais mis une belle maison d'édition à l'honneur, il fallait donc y remédier. Voici un focus sur les éditions Le Muscadier.
Pour en savoir plus, j'ai demandé à Bruno Courtet, le directeur éditorial, de bien vouloir répondre à quelques questions. il a gentiment accepté, voici ses réponses:
 
1) Quand avez-vous créé votre maison d'édition?
Le premier titre publié par Le Muscadier est paru en janvier 2012... LIRE L'ARTICLE ICI

Publié dans ARTICLES

Partager cet article

Repost 0

IN PRAISE OF SHADOWS... L’ÉLOGE DE L'OMBRE

Publié le par Mireille Disdero

Un article de Christian Sorand : 'In Praise of Shadows': An insight on Eastern mind and culture

RE: Essay by Junichiro Tanizaki (1886-1965),Vintage Books, London, 1991, ISBN 9780099283577
I have always been a great admirer of Japanese arts and literature. I first discovered Junichiro Tanizaki by reading 'Éloge de l'Ombre', the French translation of 'In Praise of Shadows' (陰翳礼讃,
In'ei raisan). It was first published in 1933. In my own mind, this essay has sustainedly remained a key source to unveil Japanese aesthetics and arts. But on a second reading many years later, it has also proved to be an open door to understanding the core values of the East.
 
I recently met with the French writer Mireille Disdero. She has been living in Bangkok for a few years and comes from the same area of Provence, in France as me. We had planned to meet in an interesting, little café called(UN) Fashion in Ekkamai, a notorious Bangkok district, home of many Japanese expats. Our conversation lasted for several hours inside this tiny vintage coffee shop. One 
(UN) Fashion coffeeshop, Ekkamai, Bangkok
may argue that it is a familiar trait of French culture to exchange ideas at a café ! Anyhow, the conversation slipped to Japanese literature. So we talked about Yukio Mishima. We evoked 'The Temple of the Golden Pavilion' (1956). I was fortunate to visit the Golden Pavilion in Kyoto (the Kinkaku-Ji 金閣寺) on my first visit to Japan. Yet, it also reminded me of André Malraux's lines on Japan and particularly on Kyoto. Mireille and I are both residents of Thailand. Therefore, we also evoked Mishima's other novel : 'The Temple of Dawn' partly set in Bangkok (วัดอรุณ,Wat Arun  the Temple of Dawn - is on the Thonburi riverside of the Thai capital). But above all, we talked about Junichiro Tanizaki. Mireille Disdero later confessed that it emulated her to read his essay again...

Publié dans ARTICLES

Partager cet article

Repost 0

CONTES DE FÉES : L'ORIGINE

Publié le par Mireille Disdero

Une étude fait remonter l'origine des contes de fées à la préhistoire

Alors que la plupart des chercheurs soutenaient que les contes de fées ne dataient que du XVIe siècle, les frères Grimm étaient déjà intimement persuadés que ces contes avaient des origines beaucoup plus anciennes. Mais parce qu'ils ont longtemps été transmis oralement avant d'être mis par écrit, l'origine des contes de fées n'était pas évidente à retracer. Des chercheurs viennent de publier une étude qui situe leur origine au néolitique. 

LIRE L'ARTICLE ICI

Publié dans ARTICLES

Partager cet article

Repost 0

CENSURE EN BIBLIOTHEQUE

Publié le par Mireille Disdero

Un monstre sans visage, la censure, qui sourit largement avant de poignarder. L’association Bibliothèques en Seine-Saint-Denis décide de sensibiliser le public à ces manifestations insupportables de menaces qui pèsent sur les établissements. Depuis plusieurs mois, indique-t-elle, et sans que cela ne concerne une tendance politique propre, l’association constate chez les « exécutifs locaux une multiplication d’attitudes en contradiction avec la vocation pluraliste des bibliothèques ».

En Seine-Saint-Denis, on tente d’en appeler à la vocation même des bibliothèques, que l’on retrouve dans le Manifeste de l’UNESCO :

La bibliothèque publique, porte locale d’accès à la connaissance, remplit les conditions fondamentales nécessaires à l’apprentissage à tous les âges de la vie, à la prise de décision en toute indépendance et au développement culturel des individus et des groupes sociaux. Les collections doivent refléter les tendances contemporaines et l’évolution de la société de même que la mémoire de l’humanité et des produits de son imagination.

ARTICLE COMPLET A LIRE ICI

Publié dans ARTICLES

Partager cet article

Repost 0

EDITION, AUTO-EDITION, COMPTE D'AUTEUR... QUELLES DIFFÉRENCES POUR L'AUTEUR ?

Publié le par Mireille Disdero

Parmi les solutions existantes, toutes n’offrent pas les mêmes prestations. En termes de coût comme de travail à fournir ou d’optimisation de l’œuvre, les différents contrats offrent des possibilités très disparates. Il existe par ailleurs des fossés qui peuvent être infranchissables pour certains auteurs, avec au bout du compte des résultats plus ou moins probants pour les autres... 

par Valérie Clément

Un article publié sur ActuaLitté, à LIRE ICI

Publié dans ARTICLES

Partager cet article

Repost 0

CADENET LE GRAND SALON DE LA PETITE EDITION

Publié le par Mireille Disdero

Quelques temps après la fin du salon Les Beaux jours de la petite édition 2015, François Bernheim, fondateur et journaliste du web magazine "Mardi ça fait désordre", a demandé à Antoine Gallardo (La Boucherie littéraire) de répondre à ses questions.

Un événement majeur ne fait pas forcément du bruit. mais tous ceux qui aiment la littérature et la poésie doivent connaitre l’existence de ce salon, examiner ses choix, ses intuitions, sa capacité à créer « un ailleurs « où l’âme et le coeur de chacun se trouvent confrontés avec cet « autre » indispensable sans lequel nous ne pouvons ni respirer, ni avancer. Lors de la dernière et 5ème édition du salon » Les beaux jours de la petite édition » des 4 et 5 Avril nous avons eu la chance de rencontrer son organisateur Antoine Gallardo, créateur de l’association » la boucherie Littéraire » C’est son projet qui répond à nos questions.Merci à lui.

François Bernheim

1/ Au démarrage quel était l’objectif du salon ?

Les Beaux jours de la petite édition, est un salon du livre qui permet aux lecteurs habitués des prescriptions médiatiques de rencontrer les artisans de la littérature d’aujourd’hui. Ce salon a la volonté d’offrir des rencontres avec des éditeurs exigeants souvent méconnus du grand public, mais aussi des grands médias dits de référence

La suite de l'article ICI

Publié dans ARTICLES

Partager cet article

Repost 0

LA LITTÉRATURE JEUNESSE ATTAQUEE

Publié le par Mireille Disdero

La littérature jeunesse attaquée

La littérature jeunesse s’est récemment retrouvée au cœur de polémiques inacceptables.
La Charte tient d’abord à exprimer sa colère de voir des auteurs, illustrateurs, éditeurs, libraires, bibliothécaires, enseignants et blogueurs de littérature jeunesse mis injustement en cause dans différents faits d'actualité touchant aux questions des genres ou de l’égalité fille-garçon. Nous ne pouvons laisser ces appels à la censure et à la haine passer pour des opinions acceptables. Nous ne pouvons excuser l’ignorance de ceux qui portent ces attaques.
Nous tenons ensuite à apporter notre soutien à tous ceux qui ont fait l’objet d’accusations, d’intimidations ou d’agressions violentes, absurdes, inadmissibles.
Les créations comme les créateurs sont pluriels. Les victimes de ces derniers jours défendent dans leurs pages : tolérance, différence, égalité et ouverture d’esprit. Et chaque lecteur, quel qu’il soit, se doit d’être libre de ses lectures.
De tous temps, les dictatures et les régimes les plus autoritaires ont commencé par s’attaquer aux livres, par les accuser, les expurger, puis les brûler. Le fait que des individus, anonymes ou responsables politiques, puissent s’engager sur ce chemin qui les éloigne de la démocratie ne peut être considéré comme anodin. Nous espérons de nos représentants politiques des réponses claires et un soutien ferme dans la tempête au cœur de laquelle notre profession a été malmenée depuis plusieurs semaines.
La Charte est engagée pour une littérature de qualité, ouverte à tous les imaginaires. Elle soutient tous ceux qu’une censure injustifiée prend à partie et se tient prête à se mobiliser.

Une copie de ce communiqué a été adressée à Aurélie Filippetti, Ministre de la Culture et de la Communication; ainsi qu'à Najat Vallaud-Belkacem, Ministre des Droits des femmes, porte-parole du Gouvernement.

La Charte

Publié dans ARTICLES

Partager cet article

Repost 0

ABOLITION DE L'ESCLAVAGE

Publié le par Mireille Disdero

 

Créé en 2008, le collectif PACA pour la mémoire de l’esclavage s’inscrit dans la lignée de la loi Taubira qui reconnait les traites négrières et l’esclavage comme un crime contre l’humanité. Depuis 6 ans maintenant, le 10 mai est devenu la date officielle de commémoration des traites négrières, l’esclavage et leur abolition. Mona Georgelin est secrétaire générale du collectif.

 

A Marseille, les commémorations de l'abolition de l'esclavage dureront pendant 10 jours

 

Mona Georgelin : « L’important, ce n’est pas seulement de commémorer, beaucoup parlent encore de journée de commémoration de l’abolition de l’esclavage et dans notre collectif, il nous apparait primordial de préciser que c’est toute l’histoire de l’esclavage et des traites négrières qu’il faut commémorer. L’objectif étant de ne pas oublier le passé, pour pouvoir aller positivement vers l’avant et pour ne pas que cette histoire perdure parce que malheureusement, il existe toujours des formes d’esclavage aujourd’hui. »

Propos recueillis par Benjamin Dahler

Publié dans ARTICLES

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 > >>