Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

253 articles avec textes de mireille disdero

ADOS D'ORIENT LES LECTURES DE NAURILE

Publié le par Mireille Disdero

Le 11 juin 2017. Dans Les lectures de Naurile : Ados d’Orient

11JUIN

De retour avec de la littérature jeunesse engagée et une petite maison d’édition qui me tient à cœur : Le Muscadier.

Orient Extrême, Mireille Disdero

9791090685765-165x250Ce petit ouvrage regroupe cinq nouvelles, dont deux longues et trois très courtes, fonctionnant comme des instantanés. Le point commun ? Toutes se déroulent dans l’Asie du Sud-Est (Vietnam, Cambodge, Malaisie, Indonésie, Thaïlande) et mettent en scène de jeunes adolescents. Tous ces récits m’ont pris aux tripes. En particulier le plus long d’entre eux, intitulé : « Do you want a cup of tea ? ». Une adolescente cambodgienne est envoyée en Malaisie comme domestique. Ses parents sont persuadés d’avoir trouvé une bonne place pour leur fille. Malheureusement, elle revient quelques mois plus tard en catastrophe au domicile familial. En état de choc, la jeune fille n’est plus que l’ombre d’elle-même. Ses employeurs l’ont plus que maltraitée…

Si les sujets abordés sont difficiles (maltraitance, esclavage moderne, prostitution…), ils le sont de façon délicate, parfois sous-entendue, afin de ne pas heurter le jeune lectorat auquel les textes s’adressent mais de le faire réfléchir au statut des enfants dans le monde et surtout à la nécessité d’agir et de s’engager pour faire respecter les droits de tous et de construire un monde plus juste. Une fois encore, la collection « Rester Vivant » des éditions Le Muscadier propose un ouvrage jeunesse engagé, qui cherche à donner un sens à l’acte de lecture et surtout à insuffler un réaction chez les jeunes lecteurs. A mettre entre toutes les mains.

Partager cet article

Repost 0

NOUVELLE CHRONIQUE DANS "PARFUM DE LIVRES", MERCI THALIE

Publié le par Mireille Disdero

mardi 6 juin 2017, Thalie chronique sa lecture de Orient extrême dans Parfum de livres. Merci à elle !

5 récits bouleversants aux sujets et à la présentation variés.
Dans la rue, dans leur quotidien, nous croisons les destins de jeunes filles ou de jeunes garçons touchés par la pauvreté et amenés à vivre l'enfer: esclavage, prostitution, maltraitance...
5 nouvelles, 5 récits coup de poing.
Avec habileté et subtilité, Mireille Disdero coupe le souffle du lecteur. Elle arrive à faire passer l'indicible sans employer de termes choquants ou d'écrire de façon inappropriée le sort des protagonistes.
Ainsi, par exemple, dans la nouvelle sur les deux sœurs, elle met l'accent sur l'amour indestructible qui existe entre elles, la force que communique la sœur restée au village à sa sœur traumatisée de son expérience en ville. Détruite, cette dernière est rejetée de son père, elle est devenue une paria mais sa sœur, sa moitié, ne veut pas qu'elle soit traitée comme un animal en cage. Elle fera tout pour la réconforter et lui insuffler à nouveau un peu de vie.
Peu de pages dans ce recueil mais quelle force dans l'écriture! Quelle lecture! 

Partager cet article

Repost 0

MA BIBLIOTHÈQUE BLEUE CHRONIQUE "ORIENT EXTRÊME" !

Publié le par Mireille Disdero

Orient extrême

orient-extreme-couverture« Une adolescente de l’âge de sa petite soeur, affalée dans la poussière, attendait les hommes contre le mur du temple déserté. La peau couleur cuivre, trop maigre et secouée de tics nerveux, elle ne portait presque rien sur elle en dehors de la misère. 
Dans cette sorte d’enfer.
Une enfant. »

Mireille Disdero a vécu quelques années en Thaïlande.
Dans sa découverte de l’Asie du Sud-Est, elle garde en souvenirs des sourires, des couleurs, des odeurs, comme nulle part ailleurs. Mais son recueil de nouvelles Orient extrême, n’est pas une carte postale idyllique … Non, bien au contraire.

Ces cinq nouvelles sont des tranches de vie au Vietnam, au Cambodge, en Indonésie et en Thaïlande. Des récits sans détours qui dressent le portrait d’enfants, d’adolescents, à l’innocence bafouée, à la confiance rabrouée.

« Chez nous, on est capable de hurler, de se battre, mais on a du mal à prononcer des paroles définitives. Celles qui tuent l’espoir, car la honte se camoufle derrière. »

Non sans pudeur et avec une douce sensibilité, c’est tout un pan social qui est montré du doigt. Pauvreté, esclavagisme, tourisme sexuel, Mireille Disdero éveille les consciences avec quelques mots ou de longues phrases, selon ce qu’elle désire faire passer comme message.

C’est une évidence que ce livre soit édité dans la collection Rester vivant des Éditions Le Muscadier dont l’ambition est de poser un regard incisif sur les comportements individuels et collectifs.
Quelque soit l’âge du lecteur (à partit de 13/14 ans), le recueil permettra de s’interroger sur l’autre face de ces pays qui semblent être des lieux paradisiaques.

Un recueil indispensable, juste et efficace.

Sabine Lauret, Ma Bibliothèque bleue

Résumé :
À travers cinq récits courts ou longs, on plonge en Asie du Sud-Est (Vietnam, Cambodge, Indonésie, Malaisie, Thaïlande) dans la vie de certains adolescents. Alors, on est confronté à la pauvreté, à la maltraitance des plus jeunes, mais aussi à l’engagement et à la nécessité de construire un monde plus juste.

Partager cet article

Repost 0

BABELIO : NOUVELLE CHRONIQUE POUR ORIENT EXTRÊME

Publié le par Mireille Disdero

Le 30 mars 2017 sur Babelio, la chroniqueuse Laurence Lima écrit :
 

Merci à Babelio et aux éditions le Muscadier de m'avoir envoyé ce recueil de nouvelles dans le cadre de la dernière masse critique Jeunesse :)
Ce n'était pas mon premier choix mais ça m'a fait très plaisir de le lire.
Nous avons donc là cinq nouvelles, qui nous plonge en Asie du Sud-Est.
L'infiniment petit est la première, qui se déroule au Vietnam. Plus précisément à Hanoï, un soir d'été. Quatre lignes nous faisant découvrir deux petites filles qui jouent à s'enlever les poux.
C'est un peu court, ça décrit une petite tranche de vie. 
Direction le Cambodge avec "Do yo want a cup of tea ?" , la plus grande nouvelle du recueil.
Nous sommes au sud de la province de Siem Reap, dans les rizières, avec Sinath et sa jumelle Sinoun. Cette dernière a été envoyée en Malaisie et est devenu malgré elle une esclave des temps modernes. Abusée par ses employeurs, elle est revenue dans son pays mais ça se passe très mal, son père l'a enchaîné car elle porte malheur et ne peut que leur apporter des ennuis ! Mais Sinath a décidée de s'occuper de sa jumelle, et de la secourir...
C'est une nouvelle très poignante, très dure, qui montre les croyances des peuples vivant dans des zones reculés. ça dénonce aussi l'esclavagisme moderne. C'est une nouvelle dure à lire par moment mais vraiment pas mal du tout. C'est celle qui m'a le plus intéressée.
Ruelles obscures, la troisième, se déroule en Indonésie, Île de Java, en début de nuit à Jakarta.
8 lignes seulement, mais très poignantes car ça évoque la prostitution enfantine.
Pas besoin de faire de grands discours pour se sentir mal à l'aise ! Elle est courte cette nouvelle mais tout est dit dedans ! 
En Indonésie toujours, mais cette fois ci sur l'île de Bali. Nous découvrons les deux visages de l'île avec un jeune homme venu passer des vacances, et c'est pas mal du tout. Là encore l'auteure parle de la prostitution enfantine.
Certains passages font mal au coeur, mais l'ensemble est bien ficelé et c'est une bonne nouvelle, très intéressante.
Et enfin, la dernière : "Chienne de vie" nous emmène cette fois-ci en Thaïlande, où un chien passe sa journée à l'ombre, se couchant suivant l'ombre. Et toute la journée, les véhicules le contournent.
C'est une nouvelle qui m'a fait sourire, avec une dernière phrase que j'ai trouvé très vraie : "Tant que les hommes contournent le chien endormi au milieu de la rue, rien ne sera perdu pour l'humanité".
J'ai aimé ce recueil de nouvelles sur l'Asie. Je n'ai jamais eu l'occasion d'y aller mais j'ai vu de nombreux reportages sur ce continent et donc les conditions de vie décrites dans ces nouvelles ne m'ont pas étonnées.
J'ai trouvé l'ensemble bien écrit, bien ficelé avec certains passages très touchants.
Je ne regrette pas du tout de l'avoir choisi et de l'avoir lu.
je mets trois étoiles et demie :)

Partager cet article

Repost 0

LA ROUE TOURNE REVUE SQUEEZE 14

Publié le par Mireille Disdero

Mon texte So What (La roue tourne) est publié dans Squeeze 14, ICI

Partager cet article

Repost 0

A MALACCA, EN MALAISIE...

Publié le par Mireille Disdero


J'ai erré sous le soleil mort de soif, le crâne incendié par la migraine du Grand Nulle part. Je me suis demandé où on avait enterré notre amour, comme Ellroy, des chiens ou les loups au rabais. Avec leurs crocs usés par la peur du gris, le vrai... comme un brouillard.
Mais rien ne se perd, pas même les pas perdus, les endroits tracés à la craie, sous nos ongles... J'ai erré dans mes pensées, n'importe où mais ailleurs.
Je ne serai jamais une cité dortoir ! Mais une ville que j'aime, Malacca (Malaisie) qui glisse la beauté dans ma poche. Comme ça (claquement de doigts). Un mouchoir pour essuyer le temps et nos yeux. Un petit cadeau que j'emporte avec la lumière, le vent... une voix d'Asie au creux de mon oreille. Et puis le reste. Ce que je n'écris pas.

Sent from Somewhere Else

Mireille D.

A MALACCA, EN MALAISIE...

Partager cet article

Repost 0

EN MAI...

Publié le par Mireille Disdero

J'apprends la lumière par coeur

En mai. Les genêts dégrafent mon cœur. C’est la nostalgie, bien avant l’aube d’été. Cette sensation d’avoir déjà traversé la mort... des coquelicots sur les gravillons d’un bord de route. C’est moi qui t’ai perdu et non pas le contraire. Je serai une brindille inventant le vent dans les bambous, je sentirai longtemps la parole crachée dans ton silence, et cette puissante résurrection qui hante les dortoirs, les claviers, les avalanches, le blanc si bleu des loups fragiles… Jamais les mots ne cesseront de danser sur la corde d’Ariane au labyrinthe.

C’est en mai, surtout, que je ressens cette tension d’un fil de vie. Et toi, dans le dédale insensé des existences, tu plantes une suite qui ne donne jamais de fruit, tu inventes une autre vie près de la tienne. Un clone. C’est moi qui t’ai perdu et non pas le contraire. En mai, la lumière s’incruste dans mes regards. Je brûle vive. Pourtant rien ne bouge autour, tout est normal, les enfants, les poètes tirant à vue sur la beauté. En plein champ. Et je brûle vive. Rien ne peut délier le silence d’une nostalgie de cette étoffe. Muette, en feu, je balance mon cœur à travers les vitres ouvertes sur la mer, vers les collines rouges, le soir. C’est la résurrection des couleurs. J’apprends la lumière par cœur.

Mireille D.

 

Partager cet article

Repost 0

SISTOEURS MAG' ET BANGKOK

Publié le par Mireille Disdero

SISTOEURS MAG' ET BANGKOK

"Bangkok" vient d'être publié dans le magazine Sistoeurs ! Merci à Séverine Capeille...

A LIRE ICI

Partager cet article

Repost 0

BLUES A BAN KRUT, THAILANDE

Publié le par Mireille Disdero

BLUES A BAN KRUT, THAILANDE

Vers Ban Krut (Thaïlande), un peu plus au sud.
Se prendre le Blues, une variation de bleus en début du jour et l'emporter avec soi comme un air de musique... une couleur qu'on collerait sur ses yeux, un filtre pour voir le monde en beau, même quand ça pue l'égoïsme et que gicle la lumière crue sur les détritus, partout. C'est une sorte de résistance à l'effondrement du monde, ce regard-là.

Mireille D.

J'habite en Thaïlande mais j'en parle très rarement, sur le blog Bleu Indigo. Je vais tenter de poster parfois des images, des impressions, des textes... pour changer ça.

Partager cet article

Repost 0

L'ODEUR SUCRÉE DE BANGKOK

Publié le par Mireille Disdero

L’odeur sucrée de Bangkok. Avec elle, la chaleur en nappes compactes de corps s’extirpant des bureaux. Quand la nuit tombe puis se brise, elle gagne les quartiers.

Alors, les hommes se transforment en insectes assoiffés… écrasés sous le poids de la beauté. Cœurs brisés, étoiles d’araignées dans le regard, buveurs d’ennui entrechoquant les verres, avalant la nuit sucrerie, tous attendent et transpirent le passé. Equarisseurs d’anges, désirs immédiats, tous dansent sur les tables (de nuit, de jour), caressant les cheveux d’un noir si noir qu’ils réapprennent la couleur, celle qui éclate dans les yeux nébuleux.

Au sud du tropique du cancer, lumières et panneaux énormes balancent des visages de synthèse et crachent les images virtuelles à la vitesse du sang pulsant vers le cœur.

Impact. Mangas incarnés. Ciel d’ombres à paupières, averse qui rode et moisit les tissus trempés d’avoir trop dansé. Au 7/11, des filles aux voix de poupées douces servent les exilés de la nuit. Ils finissent sur le trottoir, avec une soupe de nouilles Mama pimentée. Ça brûle tout, le cœur avec. Ça hurle fort, les yeux idem, qui s’enfoncent dans le crâne pour trouver le sommeil.

La beauté de Bangkok est dans la ruelle, une silhouette qu’on ne rattrape pas. Elle est l’odeur sucrée qui habille chacun des hommes fourmis.

Mireille D. Bangkok, janvier 2016 (extrait)

 

L'ODEUR SUCRÉE DE BANGKOK

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>